Tu es collégien et tu souhaites devenir Game designer ?

Le game design­er occupe un poste clé dans la pro­duc­tion d’un jeu vidéo. C’est lui en effet qui conçoit le game­play, c’est-à-dire le con­cept, la mécanique du jeu et sa prise en main. Son pre­mier objec­tif est de ren­dre le jeu le plus attrac­t­if pos­si­ble.

Voici quelques ques­tions que se posent des élèves de 3ème sur les métiers du jeu vidéo et aux­quelles répond Anya:

Com­ment ça Uni­ty ? Y‑a pas qu’u­ni­ty dans la vie ! Non, mais la vidéo date un peu et cha­cun prêche pour sa paroisse… Pour mieux com­pren­dre d’ailleurs les dessous de la 3D, je vous con­seille le Blender Game Engine inté­gré à l’outil de mod­éli­sa­tion Blender.

Vous pou­vez la con­tac­ter via son compte twit­ter.

Word­Press ? Mais c’est pour faire un bog ? Elle devait vouloir par­ler de Word, mais bon… Sketchup oui, une bonne base, mais fau­dra quand même assez rapi­de­ment pass­er par Blender, 3DSMax ou Maya.

Ah non, on arrête de par­ler d’U­ni­ty 🙂 Bon, Anya, tu ne con­nais pas UE4 à pri­ori car c’est pas du tout lim­ité aux FPS, loin de là (même pour le 2D d’ailleurs). Mais tu as rai­son sur un point: Uni­ty est bien plus util­isé aujour­d’hui dans les petits stu­dios, et surtout dans le monde fran­coph­o­ne. Mais je crois que c’est entrain de bas­culer… ça va pren­dre du temps, mais la ten­dance pour­rait bien s’in­vers­er avec UE4 qui est désor­mais lui aus­si gra­tu­it à l’u­til­i­sa­tion.

Description métier

Le game design­er inter­vient après le chef de pro­jet, une fois que le pub­lic du jeu est ciblé, que le type de jeu et le bud­get ont été défi­nis. Il conçoit alors le game­play, c’est-à-dire à la fois les règles du jeu, les fonc­tions à utilis­er et toutes les pos­si­bil­ités d’interaction offertes au joueur.

Le tra­vail du game design­er con­siste à traduire un scé­nario écrit en jeu virtuel, avec per­son­nages, scènes, sit­u­a­tions et décors. L’ensemble doit inclure des actions, des inter­faces, des phas­es dis­tinctes de jeu, des pro­tag­o­nistes sur­prenants et dif­férents niveaux de dif­fi­culté.

Le game design­er com­mence par rédi­ger le cahi­er des charges du jeu (game design doc­u­ment, GDD) qui détaille pour toute l’équipe de pro­duc­tion toutes les pré­con­i­sa­tions à suiv­re.

Il a une excel­lente con­nais­sance des images de syn­thèse et des logi­ciels de mod­éli­sa­tion 3D (Blender, 3DSMax, Maya, Milk­Shape 3D, …). Il maîtrise aus­si plusieurs lan­gages de pro­gram­ma­tion (C++,ActionScript…) et de bal­is­age (HTML…).

Il pra­tique couram­ment l’anglais tech­nique.

De plus en plus, il sait utilis­er des éditeurs/moteurs de jeux comme Unre­al Engine, Uni­ty ou Blender Game Engine.

Études / Formation pour devenir Game designer

Les for­ma­tions sont nom­breuses et de tous les niveaux :

- bac général S ou ES
bac tech­no STD2A (sci­ences et tech­nolo­gies du design et des arts appliqués)
BTS com­mu­ni­ca­tion visuelle option mul­ti­mé­dia,
BTS métiers de l’audiovisuel option métiers de l’image,
- DUT infor­ma­tique option imagerie numérique.

On peut aus­si pré­par­er une licence pro­fes­sion­nelle à l’université. Exem­ples :
— con­cep­teur en niveaux de per­for­mances de jeux vidéo et numériques (Paris 13),
— coor­di­na­tion et con­cep­tion d’univers vidéoludiques (Mont­pel­li­er 3)…

Enfin, des écoles privées pro­posent des for­ma­tions spé­ci­fiques.

L’École de l’image (Gob­elins), à Paris, pro­pose par exem­ple un mas­tère spé­cial­isé Inter­ac­tive Dig­i­tal Expe­ri­ences (bac + 5).

L’Enjmin (École nationale du jeu vidéo et des médias inter­ac­t­ifs numériques), à Angoulême, recrute à bac + 3 pour un mas­ter Jeu et médias inter­ac­t­ifs numériques.

Supin­fogame, à Valen­ci­ennes, pro­pose égale­ment des for­ma­tions.

Dans tous les cas, un bon niveau d’anglais est req­uis.

Évolutions

Un game design­er débute sou­vent comme lev­el design­er, qui conçoit les décors et l’environnement général du jeu.

Après plusieurs années d’expérience, un game design­er peut devenir chef de pro­jet, voire directeur de pro­duc­tion. Il peut avoir à super­vis­er l’ensemble de la chaîne édi­to­ri­ale, la pro­gram­ma­tion, le graphisme et le mar­ket­ing.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.