L’ESSENTIEL DU JEU VIDEO #4

Voici un petit résumé et les points clés de l’essen­tiel du jeu vidéo n°4 pro­duite par le SELL.

Le marché du jeu vidéo est en crois­sance de 3% en France en 2014 pour un chiffre d’af­faire de 2.7 mil­liards d’eu­ros (92% con­sole et PC). C’est le pre­mier retour à la crois­sance depuis la crise de 2008, ce qui est encour­ageant.

Capture d'écran 2015-03-17 13.46.03Si la part du matériel pro­gresse (+24% pour les con­soles), celui des logi­ciels est en recul de 5% (ce qui s’ex­pli­querait par le pas­sage de la généra­tion 7 vers la 8 des con­soles). En 2015, on attend une crois­sance de 4%.

Si vous avez un pro­jet de jeu sur 2015, regardez le graphique suiv­ant:

Capture d'écran 2015-03-17 13.49.04C’est tou­jours bon de savoir si le type de jeu sur lequel on bosse est à la mode ou non. A savoir qu’il s’ag­it de CA, donc il y a une inter­ac­tion entre l’of­fre et la demande. For­cé­ment, quand l’of­fre est faible, le poten­tiel d’achat des deman­deurs ne peut pas com­plète­ment s’ex­primer. Mais bon, c’est tou­jours une bonne indi­ca­tion.

Dans le TOP 20 des édi­teurs, sont en tête Nin­ten­do (1er), Elec­tron­ic Arts (2nd), UBISoft (3ième) et Activi­sion Bliz­zard (4ième) avec une bonne avance sur les suiv­ants.

Con­cer­nant les chiffres, 53% des français de 10 à 65 ans jouent régulière­ment, et 75% occa­sion­nelle­ment, avec un bonne par­ité homme-femme. La moyenne d’âge du joueur est 35 ans.

Le jeu vidéo est la 2nde indus­trie cul­turelle en France, der­rière le livre.

Les par­ent jouent leurs enfants car c’est l’op­por­tu­nité de partager une activ­ité (69%), mais aus­si parce que l’enfant est deman­deur (56%).

Prochains Ren­dez-vous:

  • IDEF (Inter­ac­tive & Dig­i­tal Enter­tain­ment Fes­ti­val) les 30 juin, 1er et 2 Juil­let 2015 à Bor­deaux
  • Paris Games Week: du 28 octo­bre au 1er novem­bre 2015.

Voici l’inté­gral­ité du doc­u­ment en télécharge­ment sur le site du SELL.

 

 

 

3 réflexions sur « L’ESSENTIEL DU JEU VIDEO #4 »

  1. De toutes façon, faute d’avoir mieux on ne peut que pren­dre ça avec du recul ‘-’
    Et tout à fait d’ac­cord avec toi, pour une équipe d’indé voulant lancer un pro­jet plutôt important/coûteux il est impor­tant d’avoir des chiffres sous la main 🙂

  2. Oui pareil que toi. D’ailleurs, je me méfie tou­jours des analy­ses et des sta­tis­tiques car on peut leur faire dire ce qu’on veut.
    D’où mon arti­cle précé­dent: http://www.benicourt.com/blender/2014/12/le-sell-et-le-marche-du-jeu-video/
    Le SELL est com­posé essen­tielle­ment d’édi­teurs. Alors, ils vont tou­jours dans le sens qui les arrange je sup­pose. Mais c’est tou­jours bien d’avoir quelques chiffres et de savoir où on va quand on veut dévelop­per un jeu.

  3. Sym­pa, même si je me méfie un peu des études du Sell (=> Un drop dans la mare n’y est pas pour rien) je dois avouer que c’est plutôt instruc­tif, je l’étudierai plus en détail quand j’au­rais un peu de temps 😉
    (En plus l’ac­tion-aven­ture c’est vrai­ment four-tout de nos jours ^^ )
    Mer­ci pour le partage o/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.