LIFELINE : Un tamagotchi? Un jeu à choix multiples dont vous n’êtes pas le héro… ou presque!

Dévelop­pé par 3 Min­utes Games (non, ça leur a pris plus de temps quand même), Life­line est un jeu de survie à choix mul­ti­ples disponible sur smart­phones, tablettes et mon­tres con­nec­tées.
Dans ce jeu, vous n’êtes pas le héros, vous con­seillez Tay­lor, un astro­naute en détresse qui a survécu au crash de sa navette. Tay­lor parvient à vous join­dre sur votre tablette ou smart­phone et vous demande de l’aide dans ses déci­sions.

Les com­mu­ni­ca­tions sont espacées dans le temps suiv­ant les con­seils et les deman­des que vous don­nerez à Tay­lor. Au fur et à mesure de ses actions et décou­vertes, il vous tien­dra au courant. Le jeu n’est qu’une aven­ture textuelle, vous pou­vez répon­dre à Tay­lor depuis l’écran d’accueil du télé­phone sans le déver­rouiller, à la manière d’un SMS. Ce mode de con­tact donne qua­si l’im­pres­sion d’être en con­tact avec une per­son­ne réelle, on en vient à s’in­quiéter pour lui. En même temps, il a ten­dance à pas mal par­ler au lieu d’a­gir… ce qui nuit à la crédi­bil­ité générale de l’ex­péri­ence, mais pas­sons.

Le sys­tème de choix mul­ti­ples en temps réel met en place un sus­pense qui vous tien­dra en haleine ; l’at­tente de la réponse de Tay­lor est par­fois insouten­able. Chaque déci­sion prise don­nera lieu à un dénoue­ment alter­natif.

Bien sur, vous ne devrez pas rester scotché à votre écran en per­ma­nence, quand vous devez effectuer un choix, le jeu se met en pause, ouf!!

Il est en français sur Ios et sur Android depuis peu (mais c’est la ver­sion que j’ai achetée)

lifeline1Le scé­nario est cap­ti­vant. La nar­ra­tion du jeu est un point impor­tant pour l’au­teur Dave Jus­tus, scé­nar­iste de « Fables : The Wolf Among Us ».

Le scé­nario: “L’au­teur acclamé Dave Jus­tus (Fables: The Wolf Among Us) a tis­sé une his­toire inter­ac­tive cap­ti­vante se déroulant à la suite d’un atter­ris­sage en cat­a­stro­phe sur la lune d’une exo­planète. Tay­lor est en sit­u­a­tion de détresse, le reste de l’équipage est mort ou a dis­paru, et vous êtes la seule per­son­ne avec qui Tay­lor puisse com­mu­ni­quer.

Une expéri­ence unique ren­due pos­si­ble par les appareils mod­ernes, et où l’his­toire se déroule en temps réel. Alors que Tay­lor lutte pour rester en vie, des noti­fi­ca­tions vous infor­ment de son pro­grès tout au long de votre journée. Répon­dez au fur et à mesure, ou faites le point plus tard lorsque vous êtes libre. Vous pou­vez égale­ment répon­dre à Tay­lor directe­ment depuis votre Apple Watch ou l’écran de ver­rouil­lage de votre iPhone, sans avoir à lancer l’App.

Ou bien plonger dans l’his­toire à un événe­ment antérieur, et décou­vrez ce qui se passe si vous effectuez un choix dif­férent. Des actions anodines peu­vent avoir des con­séquences dra­ma­tiques. Com­plétez n’im­porte lequel des scé­nar­ios pour recom­mencer l’his­toire et déblo­quer ce mode.

Life­line est une his­toire pro­fondé­ment immer­sive de survie et de per­sévérance, avec de nom­breux dénoue­ments pos­si­bles. Tay­lor compte sur VOUS.”

Il est pos­si­ble de jouer de mod­i­fi­er les actions de Tay­lor en revenant en arrière et donc de mod­i­fi­er l’histoire pour décou­vrir d’autres ver­sions. Le con­cep­teur a aus­si prévu un mode « rapi­de » pour éviter les temps d’attente.

lifeline3

Le jeu est pro­posé pour 0.99 € (enfin, 1.07€ TTC)
Aucune con­nex­ion inter­net n’est req­uise (hors télécharge­ment du jeu).

Je trou­vais le con­cept sym­pa, acces­si­ble à tous les développeurs en herbe et j’avais envie de partager cela avec vous.

Pour le télécharg­er: Site de l’édi­teur: http://3mingames.com — achat sur google­play ou fiche sur clu­bic.

Edit 12/10/2015: Depuis, j’ai acheté le jeu pour bien com­pren­dre le con­cept. Je viens de com­mencer à y jouer — c’est écrit dans un bon français, le sys­tème est sym­pa. Je dois atten­dre 1H que notre ami puisse se ren­dre sur le lieu du crash, mais j’aime bien cet aspect: on peut y jouer quand on veut, y pass­er quelques min­utes et atten­dre la suite (d’où l’idée de “tam­agotchi” dans le titre). Voilà, je vous en dirai plus quand j’au­rais avancé dans l’his­toire, mais j’ai l’im­pres­sion d’avoir placé mon argent intel­ligem­ment et je suis con­tent que cela atter­risse dans les proches de ce développeur qui, à pri­ori, a déjà réal­isé la suite… mais je ver­rai tout cela un peu plus tard.

Edit 28/10/2015: Bon, je suis mort 3 fois, mais dans les 2 dernières, j’ai eu la présence d’e­sprit de remon­ter seule­ment quelques coups en arrière… C’é­tait sym­pa comme expéri­ence — mais beau­coup trop court. En même temps, on en a pour son argent. J’au­rais juste aimé que le scé­nario soit beau­coup plus vaste et plus riche.
Je suis déçu par plusieurs aspects: le jeu est très linéraire — vous avez le choix entre A et B, mais sou­vent cela revient un peu au même. On peut mourir alors qu’on n’a pas vrai­ment fait de mau­vais choix (oui, comme dans le vie, mais en jeu juste­ment, c’est un peu chi­ant). Ces temps d’at­tente sont devenus ennuyeux avec le temps… ça coupe l’his­toire — je ne sais pas si c’est un bon choix des développeurs au final (ça mar­que la dif­férence au moins). Voilà, j’aimerais plus que des choix, peut-être du hasard quelques fois,  des com­bats peut-être, des tests logiques et plus de chal­lenge comme le coup où il fal­lait chercher une info sur inter­net pour sauver la vie du joueur. Donc, je pense que le con­cept reste à creuser et qu’on ne fait que le sur­v­ol­er. J’ai beau­coup appré­cié la tra­duc­tion française qui a été très bien réal­isée, félic­i­ta­tions au tra­duc­teur.

3 réflexions sur « LIFELINE : Un tamagotchi? Un jeu à choix multiples dont vous n’êtes pas le héro… ou presque! »

  1. Oui, main­tenant, c’est plus sim­ple avec la ver­sion anglaise. Le temps d’at­tente entre deux actions est sym­pas, mais au début seule­ment. La pre­mière fois que je suis mort et que j’ai du tout recom­mencé, ça m’a gon­flé!

  2. J’avais déjà acheté ce jeu égale­ment. Assez intéres­sant, mais je crois que sans le vouloir j’ai choisi des direc­tions assez rapi­des vers la fin de l’his­toire. Du coup, j’ai prob­a­ble­ment raté des élé­ments qui m’ont empêché de com­pren­dre ; cepen­dant, l’anglais util­isé était d’un niveau assez élevé par moments, et il est fort prob­a­ble que je n’aie pas tout com­pris. D’ailleurs on attend tou­jours le français sous Android.

    À part ça, un jeu très intéres­sant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.