Nouvelle critique des cahiers d’Unreal Engine et réflexions sur l’avenir

Pour celles et ceux qui souhait­eraient un autre avis sur les livres que j’ai écrits sur Unre­al, voici une nou­velle cri­tique de Jeux Video World — c’est si rare que quelqu’un prenne autant de soin à lire mes livres et en écrire une cri­tique que j’ai envie de saluer au pas­sage son tra­vail.

Bon, vous allez me dire que si elle était mau­vaise, je ne l’au­rais pas relayée — que nen­ni ! Enfin, je crois — j’en sais rien hon­nête­ment.  Celle-ci n’est pas tou­jours élo­gieuse, mais elle reste bien­veil­lante dans l’ensem­ble et me sem­ble rel­a­tive­ment objec­tive — d’au­tant plus que je ne con­nais pas le rédac­teur de ce site (que je vous le con­seille au pas­sage car cela traite des jeux vidéo et que c’est assez bien fichu).

Avec l’édi­teur, nous avons fait le choix de l’im­pres­sion numérique des livres — cela nous per­met de sor­tir des livres “tout en couleur” sans avoir besoin d’en tir­er des mil­liers d’ex­em­plaires en une seule fois. Cela devient fort rare en infor­ma­tique et c’est dom­mage. Et puis, c’est plus réac­t­if: on peut apporter plus facile­ment des mis­es à jour, et traiter de sujets moins “grand pub­lic”. Quand j’ai négo­cié la sor­tie de mon pre­mier livre avec une grande mai­son d’édi­tion (fil­iale d’Al­bin Michel), on m’avait dit qu’un des grands suc­cès français était un livre sur Blender, le pre­mier en français… Il y avait à l’époque 4 ou 5 édi­tions et chaque édi­tion fai­saient près de 2000 exem­plaires… En moi-même, je me dis­ais que c’é­tait très peu… La mai­son d’édi­tion me promet­tait 1500 exem­plaires imprimés sur 2 ans. Au final, en pas­sant par un petit édi­teur et en ayant une démarche active sur le net, je vais prob­a­ble­ment attein­dre les mêmes chiffres de vente, mais avec un retour financier bien plus intéres­sant. Je n’écris pas pour l’ar­gent, mais c’est vrai que quand on créé quelque chose et que cela ne nous rap­porte rien ou presque, c’est comme si le monde te dis­ait “hé mon gars, c’est pas ben bon ce que tu nous as fait là, t’es dans l’champ” (dans ma tête, ça sonne cana­di­en… sais pas pourquoi). Alors, ça fait du bien quand ça marche un peu… les ventes sont plus impor­tantes que je ne l’e­spérais.

Cela me per­met d’abor­der un autre sujet: le poten­tiel de lecteurs est rel­a­tive­ment faible dans le monde fran­coph­o­ne. Il y a la France, la Bel­gique, la Suisse et un peu le Québec (ils lisent plus volon­tiers des livres en anglais). Et le reste du monde fran­coph­o­ne… n’a pas beau­coup de moyens… En même temps, il y a sur­pro­duc­tion de livres “tech­niques” dans le monde anglo­phone. Il n’y a qu’à voir les pro­duc­tions de Springer, Wiley ou Packt Pub­lish­ing (d’ailleurs en par­lant de ces derniers, j’adore leur sélec­tion de livres… mais je trou­ve leur con­tenu très pau­vre).

spirale de livres

Je ne sais pas quelle est ma place dans tout cela… je ne veux pas écrire pour écrire — j’ai juste envie de partager mes notes, travaux, recherch­es et réflex­ions avec d’autres.  Et il y a des tas de domaines dans lesquels j’ai envie de met­tre mon nez, pas seule­ment la 3D temps-réel. Bon ça reste tou­jours de l’in­for­ma­tique et plus par­ti­c­ulière­ment du développe­ment.

Je n’ai pas envie de sor­tir un livre qui ne sera pas lu ou presque… Si je “com­met” un livre sur la Bioin­for­ma­tique, cela va intéress­er peu de monde je sup­pose (peut-être ai-je tort), surtout des uni­ver­si­taires… qui liront plus volon­tiers des livres en langue de Shake­speare d’ailleurs. Alors, dois-je écrire directe­ment en anglais ces livres ? Ou m’ab­stenir d’écrire, garder pour moi mes notes et les exploiter pro­fes­sion­nelle­ment (le savoir c’est le pou­voir, mais unique­ment quand on il n’est pas partagé) ?

Je met cela en par­al­lèle du fait qu’on lit de moins en moins. J’aimerais inspir­er les moins de 30 ans, mais je crois qu’ils ne pren­nent plus le temps de lire au delà de quelques lignes un arti­cle de blog. D’ailleurs, je fais cela de plus en plus égale­ment — c’est peut-être une ques­tion d’époque plutôt que d’âge… restent les habi­tudes qui freinent le change­ment chez les plus de 30 ans. Je suis abon­né à telle­ment de flux RSS que pour pou­voir suiv­re le rythme, je lis beau­coup moins dans le détail qu’a­vant. Suis-je en train de me créer une sorte de cul­ture poubelle, une indi­ges­tion d’in­fos prédigérée par d’autres et le plus sou­vent insipi­de ? Ben oui, je ne cri­tique pas les blogs, j’écris un bil­let sur mon pro­pre blog ! Ce qui m’at­triste, c’est qu’on ne prend plus le temps de chercher par soi-même. L’in­tel­li­gence ne se nour­rit pas de répons­es ! Elle a besoin d’un ques­tion­nement omniprésent. Mais le monde va trop vite.… plus le temps de se ques­tion­ner car on risque de pass­er à coté de la réponse à une ques­tion qu’on n’a pas encore eu le temps de se pos­er… C’est l’ac­céléra­tion du pro­grès comme le sou­tient Kurzweil dans son livre “Human­ité 2.0”.

J’ai envie de trans­met­tre — sinon je n’écrirais pas. Alors si le livre dis­parait, que nous reste-t-il ? Ne devri­ons nous pas réfléchir d’a­van­tage à une autre forme de trans­fert de la con­nais­sance — ou plutôt du “savoir-faire” car la con­nais­sance, on peut l’avoir via un moteur de recherche en quelques sec­on­des. J’aimerais que le jeu vidéo soit plus ori­en­té vers la trans­mis­sion de valeurs et de savoir-faire, plutôt que d’ap­pren­dre aux enfants à tuer avec nom­bre incal­cu­la­ble d’armes… L’ar­rivée prochaine dans les foy­ers de périphériques de réal­ité virtuelle va t‑elle per­me­t­tre d’aller dans mon sens, ou alors, for­mera-t-on d’a­van­tage les petits sol­dats de demain ?

Bon, je t’ai per­du dans ma réflex­ion fidèle ou ponctuel lecteur de ce blog. Je sais que tu n’as pas tou­jours le temps ni l’en­vie d’écrire un com­men­taire, alors je m’y suis fait — c’est pas grave, je fais pareil tu sais. Je suis sou­vent sur­pris d’ailleurs qu’un incon­nu me dise “hé, j’aime bien ton blog, surtout l’ar­ti­cle sur …” — je vois bien les stats, je sais qu’il y a du monde qui passe sur ce blog, mais c’est tou­jours sur­prenant de con­stater que ce sont des vraies per­son­nes IRL ! Mer­ci de me lire… on se sent moins seul quelques fois. J’aimerais bien te par­ler en vidéo, mais j’ai peur de la caméra…

13 réflexions sur « Nouvelle critique des cahiers d’Unreal Engine et réflexions sur l’avenir »

  1. Pour étudi­er ton blog, je suis par­ti des archives les plus anci­ennes du site et j’ai remon­té les dates et les arti­cles un par un.
    En fait j’ai sur­volé pas mal d’ar­ti­cles et j’en ai creusé cer­tains (en par­ti­c­uli­er ceux liés au big data, au l’AI et au game dev).
    J’ai vrai­ment appré­cié ce sur­vol
    C’est mon mode de fonc­tion­nement: j’aime bien avoir une vue glob­ale et la plus com­plète pos­si­ble de quelque chose, même si elle n’est pas appro­fondie, ça me per­met de remar­quer ce qui me sem­ble impor­tant à mes yeux et y revenir plus tard, tout en gar­dant le fil.
    C’est pour cela que j’ai beau­coup de références dans mon blog.
    Par exem­ple, si je prend le site de for­ma­tion online “Plu­ral­sight” (auquel je suis abon­né), j’ai par­cou­ru toute leur bib­lio sur UE4 (+- 45 cours en tout je crois à ce jour) en quelques jours, je sur­v­ole chaque series, en zap­pant, en pas­sant en accéléré, et en m’ar­rê­tant sur cer­tains pas­sages qui me sem­blent plus près de ce que je cherche à savoir ou que je ne con­nais pas encore. (J’ai même passé toutes les cer­ti­fi­ca­tions qu’ils pro­po­saient pour être sur d’avoir assim­ilé leur con­tenu).
    Et quand un cours pos­sède un con­tenu glob­ale­ment au delà de ce que je con­nais, je le reprend en vitesse nor­male.
    N’empêche que même après tout ca, je me sens encore per­du sur UE4 (Sacré bestiot que cet EDI là !)

  2. Wouah, tu as lu l’ensem­ble des arti­cles en quelques jours… j’en suis très heureux. A ce sujet, il y a les arti­cles et la par­tie immergée (plus de 250 pages) qui démarre ici: http://www.benicourt.com/blender/veille-techno/
    C’est une syn­thèse de ma veille, qui se rap­proche peut-être un peu plus de ce que tu fais au final. Moi aus­si j’adore class­er, réper­to­ri­er, tester, organ­is­er… 😉
    Non, pas de soucis pour par­ler de ton blog, d’ailleurs je l’a­jouterais à ma page ressources UE4.
    Pour le coté édi­to­ri­al­iste, oui c’est beau­coup d’én­ergie et quelques fois on a envie de baiss­er un peu les bras, mais l’en­vie revient après donc pas de soucis.
    @ bien­tôt !

  3. Con­cer­nant mon blog, je te dirais que pour le référence­ment c’est plutôt nor­mal car il n’est en ligne que depuis peu (du moins dans sa nou­velle ver­sion util­isant GRAV que j’ai décou­vert depuis peu, et que j’adore) .

    L’idée der­rière ce blog est que cela fait donc plus de 2 ans que je col­lecte des tas d’in­fos autour de UE4 (et dans une mesure moin­dre autour d’U­ni­ty, de blender, de 3D et de Dev) , et que j’adore class­er, réper­to­ri­er, tester, organ­is­er…

    Puis un matin, je me suis levé et je me suis dit que ces infos pour­raient peut être intéress­er quelqu’un d’autre, alors pourquoi pas les met­tre en ligne… et c’est ce que j’ai fait.
    Mal­heureuse­ment pour moi, dans un pre­mier temps (depuis mi 2016 en fait), j’ai util­isé Word­Press (que je maîtrise plutôt bien) pour con­cevoir le Blog, mais, franche­ment, comme j’en ai ras la cas­quette des tech­nos et du développe­ment Web (ca fait 15 ans que je bosse dans ce secteur), je n’ai pas eu la moti­va­tion néces­saire à la redac­tion des arti­cles du blog.

    Puis récem­ment, j’ai décou­vert le CMS GRAV (qui utilise prin­ci­pale­ment des fichiers texte au for­mat mark­down comme source de don­nées d’un site) et comme la qua­si total­ité des mes doc­u­ments de tra­vail étaient égale­ment sous ce for­mat, je me suis dit que je pou­vais faire d’une pierre 2 coups.

    Je me suis tapé la doc de GRAV, quelques sites de test, un ou 2 tutos, amélioré quelques Plu­g­ins au pas­sage, réor­gan­isé un peu mes docs et en 3 semaines plus tard, tout était en ligne.

    Le blog n’a pas vrai­ment de voca­tion édi­to­ri­al­iste pour le moment (j’ad­mire en ce sens ton énergie à pro­duire du con­tenu édi­to­r­i­al de qual­ité), et il est prin­ci­pale­ment con­sti­tué de docs de tra­vail que j’ai mis un peu en forme pour les ren­dre plus clairs (même si ce n’est pas totale­ment le cas, je le conçois tout à fait).
    Le list­ing des sources UE4 que j’ai pu récupér­er, ou pour cer­taines tester, étant plutôt impres­sion­nant (prin­ci­pale­ment des ebooks, des chaînes youtube et des cours online payant ou pas), je me suis dit que cela pou­vait intéress­er du monde.

    J’ai bien l’in­ten­tion d’étof­fer le con­tenu du blog, au fur et à mesure de mes pro­grès dans la réal­i­sa­tion des pro­jets “GameDev”, et d’y poster mes retours d’ex­péri­ence, des pro­jets ou des démos à Télécharg­er, quelques codes sources, voir un ou deux out­ils que j’ai dévelop­pé pour m’aider à gér­er cet inven­taire (il y a toute une par­tie sur les tests d’as­sets et d’élé­ments du mar­ket­place que je n’ai pas encore mis en ligne).

    En tout cas, ton blog était dans cette liste depuis des semaines, je m’y suis penché dessus tout ce WE pour le par­courir dans son inté­gral­ité (bon, je l’ai plutôt sur­volé et n’ai pas encore vision­né toutes les vidéos, elles atten­dent au chaud sur mon NAS), mais j’ai lu tout tes arti­cles, plus ou moins rapi­de­ment, et j’ai été agréable­ment sur­pris par son con­tenu, à la fois très éclec­tique, cohérent et bien doc­u­men­té.

    J’en prof­ite pour indi­quer que l’adresse de mon blog est http://www.gamecoderblog.com

    (Si poster un lien per­so est con­traire aux bons usages de ton site, pas de soucis, dis le moi et j’en­lèverai le lien)

    Souhaitons nous bonne route !

  4. Mer­ci Lau­rent, je décou­vre égale­ment ton blog en même temps. C’est fou, j’ai des tas d’outils de veille web et je n’ai pas eu une seule alerte vers ton blog alors que tu par­les d’UE4… C’est là que je vois que coté référence­ment, c’est de pire en pire coté fran­coph­o­ne — on ne se trou­ve même plus les uns les autres.
    Oui, j’y vais en aug­men­tant pro­gres­sive­ment la dif­fi­culté entre les tomes 1 et 5. Le 5 est assez hard, mais c’est aus­si le sujet qui veut ça. Les niveaux sont en effet indiqués (1–3 débu­tant, 4 inter­mé­di­aire, 5 con­fir­mé).
    Moi aus­si je suis loin d’avoir fait le tour d’UE4 et je crois que cela n’ar­rivera jamais car le moteur s’é­tend plus rapi­de­ment que ma capac­ité à explor­er toutes les fonc­tions — enfin, c’est l’im­pres­sion que j’en ai en tous cas.
    je crois qu’il faut se résign­er à en avoir une maitrise par­tielle, mais exploiter tout de même ce qu’on sait pour créer des choses intéres­santes avec.
    Mer­ci pour ton retour et à bien­tôt !

  5. Salut Greg
    Je viens de décou­vrir, enfin plus exacte­ment de par­courir ton blog et ta chaine YT. En pre­mier lieu mer­ci pour ton boulot et ton envie de partage. Je com­prend ta moti­va­tion, étant moi même un grand curieux d’à peu près tout, et en par­ti­c­uli­er, des nou­velle tech­nos.

    Je me retrou­ve dans une grande par­tie de ton arti­cle, et par­ti­c­uli­er en ce qui con­cer­nant la masse d’in­for­ma­tions (ou plutôt l’in­for­ma­tion de masse) dans laque­lle nous baignons désor­mais et qui nous pousse à de plus en plus de super­fi­cial­ité. Tout va trop vite, et mal­heureuse­ment pour le moment, je ne vois pas trop com­ment nous pour­rons éviter le mur.

    Je suis ingénieur infor­ma­tique de for­ma­tion et de méti­er depuis plus de 20 ans, pro­gram­meur dans l’âme, et j’ai décidé il y a 3 ans de m’ori­en­ter vers les tech­nos liées aux jeux vidéo.

    Après avoir fait l’in­ven­taire (il y a 2/3 ans) des moteurs de jeux dis­pos, j’en ai testé plusieurs (neoax­is, pan­da 3D …) puis j’ai longtemps hésité entre uni­ty et UE4. j’ai finale­ment préféré UE4 car glob­ale­ment Uni­ty me donne l’im­pres­sion d’un out­il trop ama­teur (bien que je préfère l’u­til­i­sa­tion du C# à celle du C++).
    D’un autre coté UE4 est telle­ment com­plet et ouvert que même après 2 ans de tutos, for­ma­tions, cours et manip en tout genre , je me sens encore sou­vent per­du aujour­d’hui en l’u­til­isant et je n’ai pas encore réus­sir à sor­tir ma 1ere “pro­duc­tion” telle­ment le nom­bre de sujets à con­naitre (sans par­ler de maitris­er) est grand.

    J’ai acheté le tome 1 de ta série sur UE4 et je l’ai trou­vé très bien fait.
    En le lisant, j’ai vu que je n’é­tais pas vrai­ment dans le pub­lic ciblé car plutôt il est claire­ment des­tiné aux débu­tant mais je tenais à décou­vrir un des rares auteurs de livres et de tutos sur UE4 écrivant en français et à l’en­cour­ager un peu finan­cière­ment.
    C’est bien fait, clair et suff­isam­ment com­plet pour don­ner un bon aperçu de cet immense out­il qu’est UE4.

    Je ne peux que t’en­cour­ager à con­tin­uer à nous abreuver de con­tenus d’aus­si bonne qual­ité, pour notre plus grand bon­heur.

  6. Bien écrit et con­tinu ain­si tes pro­jets, j’ai tous tes livres et j’ap­pré­cie en tant que pas­sion­né, pos­séder ce sup­port 🙂

  7. bon­jour,

    moi je suis abon­né à votre blog pour plusieurs raisons :
    — les arti­cles sont courts et bien écrit
    — vous traitez de blender et de unre­al qui sont gra­tu­its, et très à la mode
    Pour les livres sur unre­al, je préfère les video­tut car étant ama­teur, le soir c’est trop fatiguant de lire un livre au milieu de tout les flux rss.
    Bonne con­tin­u­a­tion
    L

  8. Je n’ai rien de plus à dire que ce que j’ai dit sur Twit­ter, mais puisque les com­men­taires sur ce blog te font plaisir, en voici un.
    Mer­ci pour ce blog que je con­sulte régulière­ment en espérant y voir de nou­veaux sujets.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.