Ingress, jouez à un MMORPG IRL: tous dehors!

Ingress (non, pas la base de don­nées) est un jeu en réal­ité alternée MMORPG (jeu de rôle en ligne mas­sive­ment mul­ti­joueur) de Google en 2012.

Ce jeu per­met de faire sor­tir les geeks de chez eux. Ingress se joue dehors (in real life), partout dans le monde et il prend de l’ampleur !

Il fonc­tionne sur les appareils Android et sur iOS.

ingress fight-for-global-control

L’histoire: une source d’énergie d’origine extrater­restre, la XM est décou­verte sur Terre. Il faut choisir son camp entre les «Éclairés» qui veu­lent utilis­er la XM pour faire évoluer l’Humanité ou les «Résis­tants» qui veu­lent préserv­er l’Humanité de cette force incon­nue. Le con­trôle de la XM passe par l’appropriation de «por­tails», en les flashant avec votre smart­phone, des sources d’émission de XM.  Ces por­tails se trou­vent sur des lieux his­toriques, mon­u­ments etc.. Deux por­tails entière­ment con­trôlés par une même fac­tion peu­vent être con­nec­tés par un «lien». Par tri­an­gu­la­tion, trois por­tails reliés entre eux délim­i­tent un «champ». Ces champs per­me­t­tent soit le con­trôle soit la pro­tec­tion des esprits humains situés à l’intérieur.

ingress Screenshot-from-2013-05-07-001521

Ce mode de jeu oblige les joueurs à se déplac­er dans le monde réel pour agir sur le monde du jeu. Ils doivent se ren­dre d’un lieu à un autre pour récolter de la XM ou effectuer des actions sur les por­tails. En revanche, l’interaction entre les joueurs n’est pas directe, les joueurs ne se voient pas entre eux dans le jeu, mais elle est pos­si­ble voire indis­pens­able par une col­lab­o­ra­tion.

Il est facile de rejoin­dre une com­mu­nauté de joueurs car dès l’inscription, vous êtes invités, via le chat interne du jeu, à rejoin­dre le groupe Google Plus de la fac­tion locale. C’est là que sont organ­isés grands et petits rassem­ble­ments. Les débu­tants («padawan» en référence aux appren­tis Jedi de Star Wars), sont sou­vent pris en main par un joueur plus expéri­men­té qui leur explique le jeu, l’objectif est de faire avancer la cause de l’équipe.

Le parisien a inter­viewé quelques joueurs, ceux-ci aiment le fait de devoir sor­tir et le jeu devient vite prenant.

Il s’agit d’un pro­jet mené par John Han­ke, anci­en­nement respon­s­able de la divi­sion « Geo » de Google. Le pro­jet pour­rait à terme être inté­gré au pro­jet Glass pour une immer­sion encore plus forte.

Voici le compte-ren­du d’un joueur acharné.

Ingress représente une colos­sale col­lecte de don­nées à l’échelle mon­di­ale par la local­i­sa­tion par GPS des joueurs et par la prise de pho­to de lieux publics. L’exploitation des don­nées du jeu à des fins com­mer­ciales fait d’ailleurs explicite­ment par­tie des plans de Google, puisque John Han­ke pré­cise qu’Ingress intè­gr­era des mag­a­sins réels et des pro­duits ; des parte­nar­i­ats ont notam­ment été con­clus avec Hint Water, Zip­car, Jam­ba Juice et les mag­a­sins Chrome Indus­tries (en). Ingress-screenshots

Et toi, tu as déjà joué à ce jeu ? Que pens­es-tu du con­cept ? Envie de refaire un jeu de ce type ?

5 réflexions sur « Ingress, jouez à un MMORPG IRL: tous dehors! »

  1. Oui, comme tu dis cette prob­lé­ma­tique est une réal­ité de la vie courante. Entre un par­fait débu­tant de la mod­éli­sa­tion 3d et un artiste 3d expéri­men­té, il me sem­ble évi­dent de savoir qui pro­duira le plus beau résul­tat.

    Cepen­dant, ce par­al­lèle entre jeu vidéo et vie réelle est à rel­a­tivis­er avec le con­cept de la récom­pense, qui n’est pas le même pour le jeu vidéo et la vie réelle (même dans The Sims).

  2. J’ai l’impression, sans avoir joué à ce jeu, mais au tra­vers de ton témoignage, qu’on se retrou­ve face au prob­lèmes de nom­breux MMORPG: la dif­férence de niveaux entre les joueurs devient telle qu’il devient impos­si­ble pour un joueur occa­sion­nel de tir­er un prof­it immé­di­at de l’expérience. D’une cer­taine façon, ça fait penser un peu à la vie — l’ascenseur social ver­sus MMORPG, un con­cept à creuser…

  3. J’ajoute que ces actions de groupes peu­vent exis­ter, mais unique­ment dans les grandes villes. Pour moi qui habitais à Belfort à l’époque, petite ville s’il en est, autant dire que ce n’était pas fréquent.

    Néan­moins, ce qui reste vrai pour tout le monde, c’est la frus­tra­tion de pass­er des heures (ou des demi heures, ce qui n’est tout de même pas rien) à cap­tur­er des sites pour finale­ment se ren­dre compte le lende­main qu’ils ont déjà été repris par un indi­vidu adverse au niveau large­ment supérieur qui n’a fait qu’une bouchée des pro­tec­tions instal­lées par votre tout petit niveau, et rem­placées par des défens­es impren­ables.

    En un mot, j’ai trou­vé l’expérience intéres­sante, mais beau­coup trop frus­trante pour y garder un intérêt con­tinu, en tout cas en jouant seul. L’activité est trop chronophage pour ce qu’elle apporte en “récom­pense”, c’est à dire rien du tout à part la sat­is­fac­tion de voir grimper son niveau et le pour­cent­age de pos­ses­sion de son camp, la belle affaire.

  4. J’y ai joué.
    Je n’ai pas accroché : en tant que nou­veau joueur, on se retrou­ve sou­vent à essay­er de cap­tur­er des sites ultra pro­tégés qui, à moins de s’y met­tre à plusieurs, sont impren­ables.

    L’intérêt est cepen­dant lim­ité : à aucun moment je n’ai eu l’idée de la pré­dom­i­nance d’un camp par rap­port à l’autre et de ce qu’elle implique en ter­mes de jeu.

  5. Vrai­ment intéres­sant et orig­i­nal comme con­cept, en espérant que ça n’aille pas trop loin… j’ai bien envie de tester 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.