Le retour en numérique du Livre dont vous êtes le héro ?

Nous en par­lions il y a quelques mois avec  un arti­cle con­sacré au jeu Life­line, ain­si qu’un arti­cle sur les livres dont vous êtes le héro ou sur les jeux textuels en général. il y a eu aus­si ce jeu, Leon Cool Game, qui traite aus­si du sujet. Tout cela pour dire que les jeux dits “textuels” n’ont pas dit leur dernier mot. Et pour preuve: Joe Dev­er, l’auteur de la série culte Loup Soli­taire, a pour­suivi l’écri­t­ure de nou­veaux livres tout en creu­sant en par­al­lèle l’u­nivers de la série sur iPad puis sur mobile. Lone Wolf, édité par la société Bulkyp­ix, est un mélange de textes, pour faire évoluer l’his­toire, et de jeu vidéo pour les séquences de ren­con­tres ou de com­bat, explique Thomas Roesch, de l’as­so­ci­a­tion Scrip­tar­i­um, qui a par­ticipé à la tra­duc­tion et à l’adap­ta­tion de cette série.

Qua­tre épisodes sont déjà disponibles:

D’une cer­taine façon, cela me fait penser à Heros of Might and Mag­ic et tous les titres sim­i­laires comme King Boun­ty. Sauf que dans ces derniers, le scé­nario arrive un peu comme un pré­texte aux com­bats en tour par tour.

Steve Jack­son, autre star du genre et auteur de la série Sor­cery!, a lui aus­si décliné son univers sur les plate­formes mobiles. Il s’ag­it dans ce cas de sim­ples adap­ta­tions de livres de la série, détaille Thomas Roesch, avec cepen­dant de légères mod­i­fi­ca­tions du scé­nario ini­tial mais peu de séquences de jeu vidéo. L’ap­port prin­ci­pal de cette ver­sion est de per­me­t­tre au joueur de se déplac­er sur la carte de la région imag­i­naire, comme le mon­tre cette vidéo:

Pour le moment, l’évo­lu­tion tech­nique des livre-jeux est restée can­ton­née aux univers et aux grands auteurs de l’âge d’or. Mais en mars, le groupe d’édition Hachette a annon­cé qu’il tra­vail­lait sur un pro­jet de livre-jeu numérique inspiré du jeu vidéo à suc­cès pour mobile New Star Soc­cer.

Game­book Store, mai­son d’édition numérique française,  pro­po­sait déjà en 2013 une appli­ca­tion e‑books disponible sur l’AppStore avec pas moins de 7 livres-jeux dif­férents dès sa sor­tie et deux nou­velles aven­tures chaque mois, dans des univers éclec­tiques : sci­ences fic­tion, vam­pires, roman his­torique, sor­ci­er, fan­ta­sy, etc.

Ouais, c’est un peu bizarre quand même… le coup avec la nana sur le banc d’à coté…

Il y a donc des ten­ta­tives plus ou moins timides de renouer avec le genre… on sent qu’il y a comme une demande de la part des joueurs de sor­tir du cer­cle des jeux mag­nifiques visuelle­ment, mais lais­sant si peu de place à l’imagination.

Alors pour ma part, j’ai essayé de relire quelques livres dont vous êtes le héro qui ont bercé mon enfance… et si le coté “aven­ture” m’at­tire tou­jours autant, j’ai été déçu par deux éléments:

  • Le style est rapi­de — on ne s’é­tend pas en descrip­tion, les per­son­nages ont peu de pro­fondeur.… Bref, ce sont des livres pour enfants pour la plu­part, c’est nor­mal ! Oui, je viens de m’en ren­dre compte: on a sac­ri­fié l’his­toire à l’action !
  • C’est com­pliqué: un ou plusieurs dés, des grilles… trop de hasard… on meurt vite quand même. C’est aus­si un peu à l’im­age des jeux comme “Alone in The Dark” ou le héro pou­vait tomber dans un trou et … mourir… Pas de mise en garde, hop tu recommences !

LivresDontVousEtesLeHeros

 

Alors la ques­tion qui me taraude encore, c’est “est-il pos­si­ble aujour­d’hui de sor­tir un nou­veau jeu vidéo, prin­ci­pale­ment textuel, et qui puisse encore trou­ver un pub­lic” ? La réponse a été don­née par Life­Line qui a ren­con­tré un cer­tain suc­cès puisque ses créa­teurs ont décidé de lui don­ner une suite. Mais per­son­nelle­ment, je n’ai pas été pleine­ment con­va­in­cu. C’est une expéri­ence à vivre, au moins une fois, mais je ne jouerai pas au suiv­ant par exemple .

Nous sommes en pleine ère VR — c’est un peu l’a­pogée du “visuel” — et pour­tant, j’avoue que ce coté “aven­tures textuelles” me manque encore. J’aimerais bien trou­ver un mixte des deux, mais je n’ai pas la moin­dre idée de la forme que tout cela pour­rait pren­dre. Il faudrait ren­dre aux scé­nar­istes le pou­voir de créa­tion qu’ils avaient dans leur livre, mais sans avoir besoin de 200 graphistes pen­dant 2 ans…

La 3D et le virtuel, au delà du titre indie qui don­nera une expéri­ence par­ti­c­ulière sans for­cé­ment sor­tir les grands moyens, vont encore pouss­er un peu plus loin les bud­gets néces­saires à la con­cep­tion de grands titres de jeux vidéo. Les casques de réal­ité virtuelle vont aus­si amen­er leur série de jeux à choix mul­ti­ples avec des vidéos à 360°, sortes de MystVR… d’ailleurs on com­mence à trou­ver un tas de titres de ce style sur les mar­ket­places associés.

Impos­si­ble pour ma part de savoir si ce que je ressens, c’est le vent d’une nou­veauté à paraitre, d’une oppor­tu­nité vidéoludique… ou juste de la nos­tal­gie. Peut-être aus­si l’en­vie d’écrire des romans, mais en util­isant mes con­nais­sances du monde du jeu vidéo, pour ren­dre les his­toires plus interactives…

Alors, je vais con­tin­uer à y penser et nous en repar­lerons cer­taine­ment. Et si j’ai une bonne idée, peut-être que je la met­trai en appli­ca­tion, mais pour l’in­stant… ça ne me vient pas 🙂

Source: Arti­cle sur slate.fr

 

12 réflexions sur « Le retour en numérique du Livre dont vous êtes le héro ? »

  1. Oui, la prochaine fois que je passe quelques jours sur Paris, je te fais signe et on s’or­gan­ise ça — et puis ça per­me­t­tra de faire connaissance ! 🙂

  2. Héhé, salut Denis, con­tent que ta fille les appré­cie à son tour.
    Livre/Jeu, Jeu/Livre… dis­ons que c’est un peu des deux. Si tu prends Loup Soli­taire par exem­ple, il faut sou­vent sor­tir les dés, et les grilles asso­ciées… Et ça fait bien par­tie de la démarche sinon on finit très rapi­de­ment. Est-ce qu’un Myst est encore un jeu égale­ment ? C’est artis­tique, c’est de l’ex­plo­ration… et un Life­Line, un livre ou jeu ? Bon, peu importe la façon dont on l’ap­pelle, l’im­por­tant, c’est que c’est peut-être trans­généra­tionnel. C’est vrai que les jeunes généra­tions lisent moins sur papi­er… et peut-être aus­si tout court. Moins de temps ? Moins d’en­vie ? Des choix moins intéres­sant ? Trop de TV, de con­sole et de mobile ? Tout ça un peu probablement…

  3. Salut Greg, ça va ? 🙂
    Pour ma part, j’ai gardé mes vieux livres dont vous êtes le héros et les ai don­nés à ma fille de 12 ans. Elle se régale avec cela. Bon elle triche un peu comme moi je le fai­sais en notant les pages et en faisant comme si le tirage des dés lui était très / trop sou­vent favor­able mais elle s’a­muse bien.
    Ca reste pour moi plus un livre pour lire et non pour jouer. Et ça fait boss­er l’imag­i­na­tion. Tu es encore plus dans le per­son­nage puisque tu fais des choix qui influ­en­cent l’his­toire mais cela reste fon­da­men­tale­ment un livre et non un jeu vidéo.

  4. Si à l’oc­ca­sion tu montes vers Paris, et que tu as une soirée/journée à per­dre on se fera ça.
    A moins qu’on s’or­gan­ise une ren­con­tre spé­ci­fique­ment pour ça (ou du moins ce genre de choses). 🙂

  5. Peut-être a t‑on poussé trop loin le réal­isme. L’évo­lu­tion con­siste peut-être à faire moins bien ? Pourquoi le retro est-il si à la mode ? C’est peut-être parce qu’un per­son­nage “8 bits” ne donne qu’une forme générale et que notre esprit imag­ine le reste… Il y a eu la mode du cell shad­ing aus­si… peut-être une autre forme aus­si de retour à l’imaginaire ?
    Video kills the radio stars ? Mais en même temps, la radio existe tou­jours… Autre lieu, autre mode d’é­coute, autre façon de fer­mer les yeux et d’é­couter… Avec la VR, il y a quelque chose à faire, je l’ai sur le bout de la langue, mais ça veut pas sortir 😉

  6. Le prin­ci­pal ajout que je ver­rai c’est le son ; des bruits d’am­biance pour illus­tr­er la scène en cours.
    Si on met des images, je met­trais des illus­tra­tions par­tielle­ment animées.
    Pour repren­dre l’im­age de la rue marchande ani­mée (et non “aimée”), ça don­nerait par exem­ple un brouha­ha de rue et l’im­age de la rue avec des drapés volant au vent.
    Pour les com­bats, une vue sur l’ad­ver­saire, quelques infos visuelles ponctuelles pour affich­er les dégâts don­nés et reçus, la saisie du résul­tat d’un jet de dés ou le tirage automa­tique, le suivi des points de vies, l’ac­cès à l’inventaire.
    S’il faut aller plus loin ça devient à mes yeux un jeu vidéo trop bâtard.

    En ce qui con­cerne une ver­sion mul­ti­joueur, j’ai à ma dis­po­si­tion des sortes de LDVELH basés sur Don­jons & Drag­ons, qui se pra­tiquent à deux. C’est donc fais­able de jouer à plusieurs.
    l fau­dra qu’on essai ça à l’occasion. 🙂

    Ce qui peut être intéres­sant aus­si c’est un ver­sion live où c’est les spec­ta­teurs qui choi­sis­sent le chapitre suiv­ant via le chat…

  7. > y‑a peut-être quelque chose à inven­ter ou réin­ven­ter ici.

    Comme tu le notes dans ton arti­cle, des ten­ta­tives exis­tent: c’est le cas de Sor­cery! par exem­ple, qui enrobe les descrip­tions textuelles dans une carte inter­ac­tive, rem­place les com­bats aux dés par une inter­face spé­ciale, etc. 

    Mais le texte dans le jeu vidéo me rap­pelle aus­si Fall­out 1 et 2, qui con­te­naient tous deux une sorte de pan­neau “descrip­tions du MJ” en bas à gauche, affichant une ligne ou deux selon l’ob­jet pointé à la souris. Par exem­ple, si je pointe un lit (l’as­set 2D de ce lit est bien sûr iden­tique dans tout le jeu, mais la descrip­tion change pour chaque instance), j’avais une descrip­tion détail­lée d’à quel point “ce lit était miteux, sale et présen­tait des preuves man­i­festes que quelqu’un dor­mait quand même dedans” (exem­ple one-shot). Ce genre de détail n’est pas gérable, même avec un moteur de jeu dernier cri, et seule l’imag­i­na­tion du joueur, aidée par la descrip­tion détail­lée fournie par le jeu, peut la ren­dre véritablement.

  8. C’est un peu le prob­lème de l’oeuf et la poule … mais refac­torisé : Les nou­veaux joueurs vont se plain­dre que l’oeuf n’a pas un gout de poule car ils ont tou­jours été habitué à manger de la poule. Et ceux qui ont con­nu le goût de l’oeuf, vont regret­ter de ne plus trou­ver que des poules sur le marché. Mais la solu­tion con­siste t‑elle dans ce cas à ne pro­pos­er que des poules, ou à pro­pos­er les deux en atten­dant que les petits jeunes trou­vent de l’in­térêt à gouter un oeuf de temps en temps ? 😉
    En fait, je n’en sais rien… peut-être que c’est fini le temps du textuel, mais dans ce cas, on a rien trou­vé pour stim­uler mieux l’imag­i­na­tion… y‑a peut-être quelque chose à inven­ter ou réin­ven­ter ici.

  9. Mal­heureuse­ment, je doute que cette forme de présen­ta­tion plaise autant que ça aux joueurs d’au­jour­d’hui. Je pense qu’en deçà d’un cer­tain âge, les joueurs n’ont pas envie de lire du tout dans un jeu vidéo. Vous n’avez qu’à regarder des Let’s Play de jeux ver­beux (genre Mor­rowind) par des joueurs jeunes ou dont ce n’est pas le genre favori, ils vont cli­quer à toute vitesse pour pass­er ces blocs de texte qui font peur!

    Du coup, on se retrou­ve avec le dou­ble effet kiss-cool pour ce genre de joueurs : non seule­ment ils vont se plain­dre qu’il y a trop de texte, mais aus­si que le jeu est trop pau­vre en graphismes, nor­mal puisque ces derniers sont en quelque sorte rem­placés par le texte !

    Cela me fait du coup penser que le jeu vidéo se prête de moins en moins à laiss­er par­ler l’imag­i­na­tion du joueur, car si l’au­teur l’u­tilise, la cri­tique sera portée sur le manque de tra­vail. Même plusieurs années en arrière, des graphismes qui nous parais­sent “sim­ples” aujour­d’hui fer­maient la porte à l’imag­i­na­tion. Un bon exem­ple ici serait Prince of Per­sia, ou l’ex­cel­lent Anoth­er World.

  10. Entière­ment d’ac­cord avec toi, je me demande juste s’il est pos­si­ble de faire évoluer ce média pour le réac­tu­alis­er, sans trop per­dre le coté imag­i­naire. Exem­ple: l’au­toma­ti­sa­tion des com­bats, déplace­ments sur la carte, mise en con­tact avec de vrais joueurs (et pas de sim­ples PNJ), évo­lu­tion en temps-réel de l’ar­bre des quêtes par les développeurs, etc.

  11. L’a­van­tage du texte, c’est de laiss­er place à l’imag­i­na­tion. C’est la même chose pour le jeu de rôle (sur table).
    Si je te dis que “tu te promènes dans une rue marchande médié­vale aimée aux étals bigar­rés”, tu as sure­ment plein d’im­ages qui te vien­nent en tête, et je n’ai guère besoin d’en dire plus.
    Dans un jeu vidéo, on pour­ra facile­ment être déçu par la qual­ité des graphismes, la con­struc­tion des décors, l’an­i­ma­tion des per­son­nages, etc. Et même si tout était par­faite­ment réal­isé, ce n’est pas for­cé­ment ain­si qu’on aurait imag­iné les choses. Tout autant de détails qui gâcheront l’immersion.
    En ça, le livre, dont vous êtes le héros ou pas, à encore un long avenir devant lui, du moins pour ceux qui ont de l’imagination.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.