Entretien avec Tim Schafer, le créateur de « Day of the Tentacle »

Sur le monde du 4 Mai dernier, on peut retrou­ver l’en­tre­tien de Tim Schafer, le créa­teur du mythique “day of the Ten­ta­cle”, le jour de la ten­tac­ule, un point & click à l’hu­mour déjan­té dont voici une petite présentation.

Per­son­nelle­ment, j’ai vrai­ment adoré ce jeu à sa sor­tie. J’avais déjà joué à Mani­ac Man­sion et d’autres jeux d’aven­tures sauce “Lucasart”.

Voici ce qu’il faut retenir de l’entretien

4913940_6_401b_tim-schafer-en-conference-a-la-cite-des_23781b696836634d03d61551cee362ab

Con­cer­nant les jeux en Point & Click:“Il y a encore beau­coup de fans de ce type de jeux. Ils sont même plus nom­breux qu’avant ! Ces joueurs et joueuses n’ont jamais dis­paru, leur nom­bre a sim­ple­ment grossi moins vite…” et “Il y a tou­jours eu et il y aura tou­jours des gens qui veu­lent des jeux avec un scé­nario étudié, et dans lesquels on ne risque pas de mourir si on ne réag­it pas assez vite.

Cela rejoint un peu notre réflex­ion sur les livres dont vous êtes le héro et sur leur retour en numérique.

On pense tou­jours au marché du jeu vidéo comme à un marché de masse, mais ce n’est pas le cas ! Le monde entier n’est pas for­cé­ment à la recherche de jeux d’action vio­lent. Le monde est, en revanche, à la recherche d’une var­iété d’expériences dif­férentes.”

L’ar­rivée en masse des jeux web (comme ceux de face­book) et des jeux sur mobiles aurait pu être la bonne sur­prise, mais les bons jeux ont été noyés par des jeux casu­als rel­a­tive­ment mal tra­vail­lés. Cela aurait pu être un bon filon pour le jeu d’aventures.
Prochaine­ment, avec l’ar­rivée sur le marché de jeux des­tinés dédiés à la réal­ité virtuelle, de nou­velles expéri­ences vidéoludiques pour­raient voir le jour et créer de nou­velles niches.

Bon, rien de nou­veau finale­ment dans cet entre­tien, juste une façon de se rap­pel­er de ce jeu fan­tas­tique des années 90, mais aus­si de se rap­pel­er qu’il faut avant tout faire un jeu parce que cela nous plait, et donc un jeu auquel on aimerait jouer (parce qu’avec le debug, de toutes façons, on ne va pas y échap­per;) ), qu’il y aura prob­a­ble­ment une niche de gens qui l’ap­précieront égale­ment même si ce n’est pas dans les stan­dards du marché, et qu’il faut juste appren­dre à com­mu­ni­quer pour le faire con­naitre de la façon la plus ciblée possible.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.