Apprendre aux enfants la programmation grâce aux briques de Google

Google, par le biais de Steve Vranakis et Jayme Gold­stein, directeur de la créa­tion et de chef de pro­jet, Google Cre­ative Lab, pro­pose sa plate-forme “Bloks” per­me­t­tant un appren­tis­sage manuel ren­dant plus facile l’initiation du code infor­ma­tique aux plus jeunes, et ce, de manière ludique.

Paulo Blik­stein, chercheur à l’université Stan­ford et spé­cial­isé dans le rap­port entre édu­ca­tion et nou­velles tech­nolo­gies, s’est asso­cié à Google pour dévelop­per cette méth­ode.

Le pro­jet Bloks s’ap­puie sur trois élé­ments :

  • un « cerveau » (un Rasp­ber­ry Pi Zero), l’u­nité de traite­ment du sys­tème; il con­tient une API pour recevoir et envoy­er des don­nées aux “pucks”
  • des mod­ules de base, com­prenant un peu d’élec­tron­ique et ser­vant de sup­port aux pucks
  • des palets (pucks) à base de papi­er et d’encre con­ductible qui sont le cœur de la plate-forme…

Les “pucks” appor­tent une grande flex­i­bil­ité: ils peu­vent être pro­gram­més avec des instruc­tions dif­férentes, telles qu’ ”activ­er ou dés­ac­tiv­er », « aller à gauche » ou « saut ». Ils peu­vent égale­ment pren­dre la forme de com­mu­ta­teurs, de cad­rans ou de bou­tons. En l’ab­sence de com­posants élec­tron­iques act­ifs, ils sont aus­si incroy­able­ment peu chers et faciles à con­stru­ire. Chaque puck est équipé d’un moteur hap­tique et LED pou­vant être util­isé pour don­ner aux util­isa­teurs une rétroac­tion en temps réel sur leur expéri­ence de la pro­gram­ma­tion.

Les asso­ci­a­tions pos­si­bles entre ces élé­ments per­me­t­tent aux enfants d’aboutir à des résul­tats con­crets – sur des objets con­nec­tés en Wi-Fi ou Blue­tooth – comme la com­po­si­tion d’une musique ou la créa­tion d’un jeu fondé sur des cap­teurs.

Et surtout, comme tout est assem­blage, les enfants peu­vent appren­dre à trou­ver col­lec­tive­ment des solu­tions, comme ils le feraient dans la vie de tous les jours.

Les enfants peu­vent ain­si tester de nom­breuses pos­si­bil­ités afin de voir le résul­tat. Cela revient à la méthodolo­gie de l’ap­pren­tis­sage d’une langue et d’un mode de pen­sée. Google avait d’ailleurs pro­posé d’autres méth­odes com­plé­men­taires comme Block­ly, Scratch Blocks. Les enfants appren­nent ain­si en touchant, mod­i­fi­ant, tes­tant, c’est à dire la méth­ode uni­verselle du jeune âge.

Ce sys­tème peut être per­son­nal­isé par les développeurs qui peu­vent recon­fig­ur­er et réor­gan­is­er pour créer toutes sortes d’ex­péri­ences de pro­gram­ma­tion tan­gi­bles.

Pour mon­tr­er com­ment les con­cep­teurs, les développeurs et les chercheurs peu­vent utilis­er le sys­tème, l’équipe du Pro­jet Bloks a tra­vail­lé avec IDEO pour créer un dis­posi­tif de référence, appelé le Kit de codage. Il per­met aux enfants d’ap­pren­dre les con­cepts de base de la pro­gram­ma­tion en leur per­me­t­tant de met­tre des briques de code pour créer un ensem­ble d’in­struc­tions qui peut être envoyé pour con­trôler les jou­ets con­nec­tés et autres appareils à par­tir d’une tablette.

La phase de test a été lancée fin 2016 avec des volon­taires avec pour but d’of­frir un max­i­mum de flex­i­bil­ité aux édu­ca­teurs.

En France, des cours de code sont dis­pen­sés à l’école pri­maire depuis la ren­trée 2016. Alors, si vous êtes pro­fesseur et que vous lisez ce blog, ça ne vous dirait pas de met­tre en place une telle approche et de nous faire un petit retour sur la ques­tion ?

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.