Archives par mot-clé : designer

UE4 acquiert Quixel: accès à Megascans de façon illimitée et gratuite pour les utilisateurs d’Unreal Engine

Il y a quelques jours, on appre­nait que Quix­el s’as­so­cie à Epic Games. Pour ceux qui ne con­nais­sent pas, Quix­el Megas­can c’est un peu le con­cur­rent de Sub­stance Source qui a été racheté il y a quelques mois par adobe. C’est à dire, un ensem­ble de matéri­aux PBR util­is­ables directe­ment sous UE4.  Mais c’est aus­si plus large que cela, il y a les out­ils Mix­er et Bridge, tout comme Sub­stance a Painter, Design­er, etc. Il y a égale­ment plusieurs objets. On dira que la par­tic­u­lar­ité de Quix­el, c’est qu’il se sont spé­cial­isés dans la pro­duc­tion d’as­sets ultra-réal­istes puisque obtenus par des procédés de pho­togram­métrie (à la base).

Con­tin­uer la lec­ture de UE4 acquiert Quix­el: accès à Megas­cans de façon illim­itée et gra­tu­ite pour les util­isa­teurs d’Unreal Engine

Jeffrey Spock : “Pour être écrivain de jeux vidéo, il faut savoir coder”

Étu­di­ant en infor­ma­tique en Nou­velle-Angleterre, Jef­frey Spock arrive en France en 1997 pour tra­vailler dans une start-up de ges­tion à Paris. Début des années 2000, la « bulle inter­net » éclate, son entre­prise aus­si. Cette crise économique appa­raît alors comme le moment idéal pour con­cili­er sa pas­sion de tou­jours, l’écriture, et ses com­pé­tences en infor­ma­tique. Il décide de faire un stage à Seat­tle, le Clar­i­on West Wrtiters Work­shop, et ren­con­tre par hasard un respon­s­able de Valve, un stu­dio améri­cain. Lui aus­si a été écrivain avant de tra­vailler dans les jeux vidéo. Il met Jef­frey en con­tact avec Ubisoft, basé à Lyon, et com­mence son aven­ture. « Dans les pre­miers jeux sur lesquels j’ai tra­vail­lé à Ubisoft, l’univers était déjà créé mais le pro­duc­teur était très ouvert aux propo­si­tions. On avait 2000 années d’histoire en stock sur le jeu “Heroes of Might and Mag­ic”. A nous de trou­ver où on Dans un monde idéal, les écrivains seraient inté­grés dans l’équipe dès le début de la con­cep­tion du jeu, pour choisir le « game­play », l’univers, les per­son­nages.« Mais sou­vent, l’écrivain est externe et arrive avec une his­toire prémâchée. C’est notre rôle de pren­dre ces ficelles et de coudre une joli monde autour. A ce sujet, tous les écrivains ont des anecdotes.On arrive sur un jeu avec une his­toire pas crédi­ble du tout, des per­son­nages copiés-col­lés d’Indiana Jones et on doit faire un truc super. »

Con­tin­uer la lec­ture de Jef­frey Spock : “Pour être écrivain de jeux vidéo, il faut savoir coder”