Jeux d'aventures : une petite histoire du point and click

Les jeux d’aventures font partie des premiers jeux dits «textuels» où le joueur doit indiquer dans quelle direction il souhaite se déplacer ou quelle action il souhaite entreprendre, à la façon des livres «dont vous êtes le héros». Historiquement, le premier jeu d’aventures est «Colossal Cave Adventure», développé en 1975 par William Crowther sur un PDP-10.

Très rapidement, les jeux textuels ont laissé leur place à des jeux graphiques. C’est ainsi que les plus vieux d’entre nous se rappellent avec émerveillement des jeux de «Sierra online» tels que la saga des King Quest, les Space Quest et Leisure Suit Harry, ainsi que des jeux de «LucasArts» comme Maniac Mansion, Zak McKracken, Monkey Island, Sam and Max, et bien entendu, les Indiana Jones. Il s’agissait principalement de jeux en «point & click» où il fallait explorer, associer des objets à des actions, combiner des objets entre eux et discuter avec des personnages pour faire évoluer la partie. Mais ces jeux étaient encore en 2D.

«Myst» est un jeu d’aventures imaginé par les frères Miller, développé au sein du studio Cyan Inc et distribué par Brøderbund en 1993. À sa sortie, «Myst» rencontre un grand succès, les critiques saluant notamment son univers de fiction très immersif. Il a donné naissance au Myst-like, considéré comme un sous-genre du jeu d’aventures. Les jeux entrant dans cette catégorie reprennent le même type de gameplay que «Myst» (vision subjective) ainsi que le même type d’ambiance assez onirique où les dialogues sont rares.

Sans être représentatif du jeu d’aventures dans son ensemble, Myst est l’un des premiers à présenter un univers entièrement modélisé en 3D. Les niveaux sont composés d’un certain nombre de places plus ou moins interconnectées, et chaque lieu est représenté sous la forme d’une image en 360°. Ainsi, on peut regarder dans toutes les directions et de nombreuses animations vidéos sont superposées à l’ensemble.
«Little Big Adventure» (LBA) est un jeu vidéo d’action-aventures réalisé par Adeline Software International en 1994. LBA est un petit bijou de l’univers vidéoludique, une sorte d’extraterrestre que nous a offert un des grands noms du jeu vidéo français, Frédéric Raynal. C’est lui aussi qui sera à l’origine du premier «Horror-Survival» en 3D, «Alone In the Dark» (1992). Ces jeux constituent un sous-type des jeux d’aventures, à partir du moment où le Gameplay est centré sur la narration et l’exploration, et non sur le fait de tuer une quantité impressionnante de monstres. Alone in the Dark est l’un des premiers jeux à représenter les personnages jouables en polygones dans un environnement pré-calculé. Il est le premier jeu à utiliser des séquences d’animations interpolées qui permettent de réduire la taille mémoire du jeu, et de proposer une animation 3D s’adaptant à la puissance de la machine.

Depuis, des jeux comme «Ankh», développé par Deck 13 Interactive puis édité par Micro Application en 2006 utilisent la 3D pour présenter une aventure en «point and click» comme à l’époque des jeux de «Sierra On-line» et «LucasArts». Les prises de vue sont proches d’«Alone in The Dark» sauf que la caméra suit le mouvement du personnage, donnant une immersion proche de la cinématique. Le studio Telltale Games, créé par d’anciens employés de LucasArts, produit ce type de jeu en introduisant le concept d’épisodes et a rencontré un franc succès avec l’adaptation de la série «The Walking Dead».

Il serait très long de brosser un portrait exhaustif des jeux d’aventures. Nous allons retenir les caractéristiques principales des jeux d’aventure: Un scénario avant tout, de l’exploration et un peu d’action et de dialogues.

Source: livre sur la création des jeux vidéo

Une petite vidéo sur l’histoire du jeu vidéo:

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …