Jeu vidéo et droit d’auteur

Quelques élé­ments à retenir:

  • Le pla­giat de jeux vidéo est de retour — on a eu la paix pen­dant presque 20 ans, mais avec l’ar­rivée des plate­formes dématéri­al­isées, c’est de nou­veau “la fête à la saucisse” (pour plagi­er Dori­an)
  • Dans un jeu vidéo, sont soumis aux droits de pro­priété intel­lectuelle l’his­toire, les graphismes ou l’in­ter­face, mais pas la mécanique de game­play.
  • Toute la notion de “genre” de jeu vidéo (de typolo­gie) repose sur la pos­si­bil­ité de retrou­ver des mécaniques de jeu iden­tiques d’un jeu à un autre.
  • Affor­dance: C’est parce que je retrou­ve cer­taines règles qui me sont famil­ières qu’un jeu va me sem­bler agréable ou facile à joueur.
  • Les jeux vidéo comme inter­net font par­tis d’une cul­ture où la copie et la reprise à l’in­fi­ni des mêmes thèmes fait par­tie de la gram­maire de base.
  • Au final, c’est la copie ou ses détourne­ments qui sont à la base de la créa­tiv­ité et de l’orig­i­nal­ité: de fait, pro­téger cela au tra­vers du droit irait à l’en­con­tre du
  • Notre univers cul­turel actuel est surtout fait de relec­tures, de reboots, de remakes et de suites. Mais c’est par­fois en se heur­tant à ses copies, que l’on saisi au mieux les qual­ités de l’o­rig­i­nal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.