Dorian sur le Game Feel

Dorian revient sur la maniabilité et le feeling des jeux vidéo à travers un nouvel épisode de la chronique Merci Dorian.

Le “Game Feel” ou “sensation de jeu” explore la question “qu’est-ce qui fait qu’un jeu est agréable à jouer”.

La vidéo aborde les thèmes suivants:

  • L’interactivité: il y a une boucle d’échange entre le joueur et le jeu. Le temps de latence est un point important. Le temps de réaction moyen d’une personne est de 240 ms. Cela signifie que si la boucle d’interaction du jeu (traitement des inputs) est supérieure à 240 ms, la jouabilité s’en trouve menacée. Vous pouvez testez votre vitesse de réaction sur ce site. Déception, je ne suis pas au dessus de la moyenne.
  • Embodiment : la capacité de l’être humain à se projeter dans un objet. De manière générale, le phénomène d’embodiment correspond à la manière dont une personne évalue un objet en fonction de la position de son corps et de ses mouvements mais également comment nos expériences sensorimotrices influencent notre manière de penser. Pour en savoir plus, voir sur wikipedia.
  • Affordance : Capacité d’un système ou d’un produit à suggérer sa propre utilisation. Son utilisation est-elle intuitive ou non ? L’affordance est étroitement liée aux habitudes de manipulation.

Mais le “Game Feel” va au-delà de ces concepts. Une bonne expérience de jeu passe par une bonne utilisation de la courbe de difficulté/récompense.  Bref, l’important, c’est l’implication du joueur et le fait qu’il prenne du plaisir ou non. Cela reste en fin de compte assez subjectif.

Pour continuer l’article, je vous propose de lire le livre “Game Feel: A Game Designer’s Guide to Virtual Sensation” de Steve Swink, et dont parle la vidéo. Il est un peu ancien (2008), mais c’est l’un des seuls à explorer le sujet.

Pour en savoir plus sur Super meat boy, rendez-vous sur jeuxvideo.com et retrouvez-y sa chronique.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …