Adieu Ralph Baer, le papa de la première console de jeux

Né en 1922 en Allemagne, Ralph Baer fuit son pays en 1938 pour s’installer à New-York. Tout en travaillant pour subvenir aux besoins de sa famille, il étudie et finit par décrocher le tout premier diplôme d’ingénieur en télévision en 1949.

Le 1er septembre 1966, il réfléchit sur papier à son idée de jeu sur téléviseur, en imaginant un boîtier électronique se rattachant au téléviseur, esquisse d’une console de jeu vidéo. Il crée avec l’aide de Bob Tremblay, un des ingénieurs de l’équipe, un premier prototype permettant d’afficher un rectangle de taille et de couleur variables. À ce stade, aucun jeu n’est conçu. Très vite, un second prototype est mis au point utilisant deux carrés générés par des circuits similaires à ceux du premier prototype. Le premier jeu vidéo était né : Chase Game, où un joueur pourchasse l’autre, qui disparaît lors d’une collision (un peu dans le même genre que Pac-Man). Amusée par le jeu, la direction ne s’oppose pas au projet et demande à l’équipe d’améliorer le prototype. Ce projet, totalement en dehors du domaine de défense militaire de Sanders Associates, reste connu des seules personnes concernées.

Ralph Baer améliore le prototype en y ajoutant un pistolet photosensible permettant de tirer sur l’adversaire, prémisse d’un accessoire de jeu vidéo réutilisé sur beaucoup de consoles par la suite. D’autres jeux sont mis au point. Le prototype est déjà très avancé : il génère des jeux en couleurs, utilise un magnétophone à cassette pour donner les instructions via le haut-parleur du téléviseur, et utilise même des joysticks. Seulement, le prototype coûte 75 dollars à la fabrication : l’équipe était contrainte à en faire une version (très) allégée : le troisième prototype.

Le troisième prototype ne permet de jouer qu’à Chase Game et aux jeux de tir. D’abord en noir et blanc, il est rapidement remis en couleurs. Mais il manque quelque chose d’attractif. C’est alors que Bill Rusch, ingénieur créatif, rejoint le projet. Il propose alors un troisième carré, non pas contrôlé par un joueur, mais par la machine. Le concept du jeu de Tennis est immédiatement proposée par Bill Rusch fin 1967 et un quatrième prototype est alors construit. En même temps, Ralph Baer propose un concept révolutionnaire: jouer à des jeux via le réseau de télévision câblé afin de bénéficier de décors filmés par caméra, de joueurs virtuels générés électroniquement, et même d’obstacles. Ralph Baer étudie l’idée avec une caméra, mais la technologie employée par Bill Rusch n’est pas stable. Entre temps, l’équipe travaille sur un cinquième prototype, qui est en fait une extension du quatrième visant à transformer le jeu de Tennis en jeu de Hockey avec une simulation de glisse du carré représentant la balle et le palet. Cette extension ne fonctionnera jamais.

Le prototype de jeux sur réseau câblé est montré en 1968 à Teleprompter, mais le projet meurt à la suite de la grande faillite des opérateurs de l’époque. Face au succès certain du jeu de Tennis et de ses dérivés, l’équipe se concentre sur une version corrigée du quatrième prototype, en utilisant les circuits de base du troisième. Le sixième prototype est né: il joue à Chase Game, Tennis, Volleyball, Handball, quelques variantes et aux jeux de tir. À ce stade, l’équipe pouvait parfaitement commercialiser ce prototype. Mais les ingénieurs aimant ajouter un composant par-ci et un autre par-là afin d’ajouter un jeu ou un effet visuel, l’équipe se lance sur un septième prototype: la Brown Box.

La Brown Box utilise un ensemble d’interrupteurs (switchs) qui configurent les circuits internes de la machine afin de déterminer les objets à afficher, la couleur de fond, et l’interaction entre les joueurs et la balle. L’équipe se penche à nouveau sur le jeu de hockey, et fabrique un huitième prototype, équivalent du cinquième, qui ne fonctionnera pas lui non plus.

Fin 1968, Sanders Associates décide de commercialiser la Brown Box et contacte plusieurs fabricants de téléviseurs pour proposer une licence du concept. La plupart refusent. Un accord est pratiquement signé avec General Electric. Puis, RCA s’intéresse au projet, signe un premier contrat, qui est finalement annulé en 1970. C’est alors que Magnavox s’intéresse au projet. Entre temps, un ingénieur de chez RCA qui avait compris l’enjeu du projet, était passé chez Magnavox. Après de longues négociations, Magnavox signe une licence exclusive et devient le premier fabricant de jeux vidéo au monde.

En mai 1972, la première console de jeux est annoncée au public : l’Odyssey (modèle 1TL200). La production démarrera véritablement durant le dernier trimestre de 1972. Finalement, plus de 340 000 consoles Odyssey seront vendues jusqu’à 1975, où des modèles simplifiés la remplacent : l’Odyssey 100 et 200.

L’Odyssey a été montrée au public les 24 et 25 mai 1972 à la Magnavox Profit Caravan. Nolan Bushnell et quelques employés de Nutting Assotiates, où il travaille, jouent au Tennis et signent le livre d’or. Il crée alors Atari. Fin 1972, il met au point le premier jeu d’arcade à succès : Pong. Atari sera plus tard attaqué par Magnavox pour ne pas avoir acheté sa licence. Nolan Bushnell décide alors de payer la licence ainsi que les royalties dues, ce qui met fin au procès.

Par la suite, Ralph Baer aide Coleco à créer leur Coleco Telstar et leur vend le principe de son Vid-Kid. Il invente également le jeu électronique Simon en 1978.

Bien que son activité soit en grande partie axée autour du jeu vidéo, Ralph Baer est avant tout un inventeur.

Ces dernières années, il continuait de travailler dans son atelier comme on peut le voir dans cette vidéo:

Ralph est mort dans la nuit du 6 au 7 décembre. Il avait 92 ans. Paix à son âme.
 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …

Sinclair ZX81: Vous vous souvenez ?

Parlons du Sinclair ZX81, et examinons à quoi ressemble son principal composant, le Ferranti ULA. L’ordinateur de ma jeunnesse, pas certain 😉