Même les souris vont au Paradis : un animé en stop motion qui décoiffe !
Au festival de l’animation d’Annecy 2021 a été présenté le long métrage « Même les souris vont au Paradis« .Il s’agit d’un film d’animation français, tchèque, polonais, slovaque et belge réalisé par Jan Bubeniček et Denisa Grimmovà. Il a été nominé aux César 2022 dans la catégorie Meilleur Film d’Animation. La revue Animascope n°4 nous donne quelques datas intéressantes sur la poduction du film, je vais essayer de vous les résumer ici.

Mais tout d’abord, présentons déjà le film avant de vous parler technique. Le synopsis est le suivant : « Après un malencontreux accident, une jeune souris au caractère bien trempé et un renardeau plutôt renfermé se retrouvent au paradis des animaux. Dans ce monde nouveau, ils doivent se débarrasser de leurs instincts naturels et suivre tout un parcours vers une vie nouvelle. À travers cette aventure, ils deviennent les meilleurs amis du monde et la suite de leur voyage leur réservera bien des surprises… »

Voici la bande-annonce qui en dit plus qu’un long discours:

On remarque tout de suite la touche d’originalité du long métrage de 86 minutes : il n’est pas en 3DCG comme la plupart des autres qui ont été présentés lors du festival. Tout a été réalisé avec de vrais décors, des marionnettes et du stop motion ! Tout d’abord, ce dernier choix découle d’une volonté de se démarquer, mais aussi du fait qu’il y a de nombreux artistes compétents en Stop Motion en République Tchèque. La façon de penser est un peu différente, car contrairement à la 3DCG, il n’est pas nécessaire d’adapter le dégrés de détail d’une modélisation en fonction de la distance d’affichage.

Une centaine de marionnettes (dont les plus grandes font 40 cm de haut) a été nécessaire. Elles ont toutes une armature interne en métal et sont constituées de mousse, de latex et de silicone. Ils ont même eu recours à l’impression 3D pour certains aspects. Entre 30 et 40 personnes ont participé au shooting et c’est une centaine de personnes qui ont participé à la production de l’animé, avec 291 jours de tournage. 80 décors ont été réalisés et certains atteignent les 10 mètres de long !

Tout un travail… mais aussi une expérience passionnante. Retrouvez à ce sujet l’interview dans le mag #11 de Seb Lasserre, animateur et réalisateur et spécialisé dans le Stop Motion, qui est à l’origine de Pipas et Douglas , cette série animée de cinquante-deux épisodes de deux minutes, qui a été diffusée à l’internationale.

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

%d blogueurs aiment cette page :