Une crise du jeu vidéo touchant particulièrement les indies en 2016?

La péri­ode de 1982 à 1986  a vu le marché du jeu vidéo s’effondrer dans tous es domaines (con­soles, arcades..). De nom­breuses start-up (on appelait cela comme ça à l’époque ?) ont alors fermé.

Les indépen­dants craig­nent actuelle­ment une nou­velle crise, en effet, sur la plus grande plate-forme de jeu vidéo, Steam, les flux dimin­u­ent et en par­al­lèle, il y a une explo­sion de jeux en concurrence.

Avec 30 ans d’écart, nous voyons la même sit­u­a­tion se repro­duire:  la sat­u­ra­tion du marché et donc une guerre des prix.

En 1983, une déci­sion de jus­tice oblige Atari à accepter les jeux tiers sur ses con­soles, 158 sociétés dif­férentes pro­dui­saient des titres pour l’Atari 2600. La plu­part ont fini sol­dés pour écouler les inven­dus. Des jeux qual­i­fiés de pires jeux vidéo pour­raient être la cause du crash de 1983 d’Atari.

En 2015, plus de 1 500 jeux ont été com­mer­cial­isés en moins de huit mois, avec de nom­breux titres arti­sanaux qui font chuter la qual­ité moyenne. Cette fois, du à la mise en place il y a trois ans de Green­light, une plate­forme col­lab­o­ra­tive per­me­t­tant à la com­mu­nauté de valid­er elle-même la com­mer­cial­i­sa­tion sur Steam des pro­jets soumis. Un gain de temps autant qu’une perte de con­trôle pour Valve, la société der­rière le géant de la dis­tri­b­u­tion de jeux PC.”

Il est pos­si­ble doré­na­vant d’u­tilis­er un logi­ciel de développe­ment comme Blender Game Engine, Uni­ty ou Unre­al Engine, de faire un jeu de base qui a servi à l’ap­pren­tis­sage (ou sor­ti du mar­ket­place) et de le met­tre en vente sans touch­er aux graphismes (ou presque) sur Steam.

Une étude de 2006 par le doc­teur en his­toire économique sué­dois, Mirko Ernkvist, don­nait des expli­ca­tions pour le krach de 1983: mode en fin de vie, attaques con­tre le jeu vidéo dans les médias, con­cur­rence des ordi­na­teurs per­son­nels, prob­lèmes de man­age­ment chez Atari, sur­pro­duc­tion de car­touch­es, sat­u­ra­tion du marché, mau­vaise qual­ité de quelques jeux emblématiques.

En 2015, les prob­lèmes liés à l’offre sem­blent comparables.

« Je ne pense pas que nous allons vers une extinc­tion mas­sive, mais plutôt vers un grand change­ment », nuance Mor­gan Jaf­fit, fon­da­teur du Defi­ant Devel­op­ment. Pour lui, il y aurait surtout eu développe­ment de  stu­dios « triple I » (« i » pour « indépen­dants »), par rap­port aux pro­jets « Triple A », qui définis­sent les super­pro­duc­tions com­mer­ciales à la Call of Duty ou Assassin’s Creed. « Con­traire­ment à un Triple A, je pense que le triple I s’applique davan­tage à l’ambition du développeur. S’ils sont une équipe de dix ou plus, à tra­vailler comme salariés à plein-temps dans le stu­dio, mais qu’ils con­trô­lent le développe­ment, le finance­ment et l’édition de leurs titres, eh bien ce sont des Triples I ».
(Super­giant Games, Klei, The Astronauts, .…)

En 1983, il y a eu aus­si redis­tri­b­u­tion des cartes, cer­tains font fail­lite, d’autres comme Nin­ten­do se dévelop­pent. L’arcade et le jeu con­sole s’effondrent mais le jeu vidéo sur ordi­na­teur entame en 1982–1983 son pre­mier âge d’or, avec la créa­tion d’Elec­tron­ic Arts aux Etats-Unis et d’Info­grames en France, pour ne citer que les plus connus.

En 2015, la société der­rière Steam paraît peu en dan­ger. Ses ventes glob­ales sont en hausse, elle béné­fi­cie d’un mono­pole aus­si puis­sant que ceux de Google ou Ama­zon, et Valve entend être à la pointe de la prochaine inno­va­tion, la réal­ité virtuelle, sur laque­lle elle partage les risques, puisque son casque, le Vive, sera pro­duit par HTC.

L’économiste autrichien Joseph Schum­peter pré­tend que l’innovation tech­nologique crée de nou­velles indus­tries en même temps qu’elle détru­it celles qu’elle rend obsolètes.

Faites vos jeux! Qui sera le gagnant???

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.