Aubrey de Grey: "nous allons vivre 1000 ans"

Depuis quelques temps, certaines personnes (scientifiques et entrepreneurs) prédisent que la science progresse à une vitesse permettant de nous faire gagner plus d’un an d’espérance de vie tous les ans, la vieillesse ne serait ainsi plus une cause de mortalité. Grâce à la science, (peut-on encore dire la médecine?) nous pourrons soigner les corps, prévenir le vieillissement et ensuite même réparer tous les dommages causés par celui-ci.

Aubrey de Grey, né le 20 Avril 1963, est un auteur anglais et gérontologue biomédical et surtout une sommité pour les transhumanistes. Avant de se former en biologie, il s’est formé à l’informatique. Jusqu’en 2006, il était chargé de développement au département de génétique de l’Université de Cambridge sur la base de données génétique FlyBase (site officiel)

Il est l’un des principaux défenseurs de la possibilité pour l’homme de vivre de 1000 à 5000 ans. Nous ne serons pas immortels pour autant, il nous restera l’occasion des accidents et des suicides (et vu le niveau de population que cela risque d’entraîner…pour lui, “nous devrons choisir entre un taux de natalité faible ou un taux de mortalité élevé, un taux de mortalité élevé résultant d’un rejet des thérapie pour pouvoir avoir beaucoup d’enfants. Si nous ne développons pas ces thérapies, alors nous condamnons toute une cohorte de gens […], nous les priverons d’une durée de vie indéterminée et je considère cela immoral“).

Sa stratégie est basée sur la théorie selon laquelle il est beaucoup plus facile de soigner les maladies liées à la vieillesse que d’arrêter le processus du vieillissement lui-même. Cela sous-entend aussi la promesse de vivre plus longtemps en bonne santé.

le vieillissement est un effet secondaire d’être en vie, c’est à dire le métabolisme

Si vous avez une maladie grave, les avancées permettront de repousser l’issue fatale, de points en points jusqu’à ce qu’un traitement définitif soit trouvé.

Aubrey de Grey a lancé le concept de “Life extension escape velocity” ou vitesse d’échappement de la longévité. les courbes représentent la durée de vie qu’on s’attend à voir pour les gens selon leur état de santé, pour des âges donnés suivant l’arrivée de ces thérapies.

Selon cette prospective d’Aubrey de Grey, les personnes âgées de 80 à 100 ans aujourd’hui sont condamnées mais celles âgées de 30 ou 50 ans ont toutes les chances d’atteindre un point où chaque année permettra de gagner plus d’un an d’espérance de vie. Toutefois, ces personnes devront traverser une période pendant laquelle le nombre d’années restant à vivre diminuera avant d’atteindre ce point. Sur la courbe, les personnes qui ne sont pas encore nées gagneront dès le début des années de vie.

Il conclut que “la première personne qui atteindra 1000 ans (sauf catastrophes mondiales) a probablement seulement 10 ans de moins que la première personne qui atteindra 150 ans“.

Aubrey de Grey est actuellement directeur scientifique de la SENS Research Foundation (Strategies for Engineered Negligible Senescence) à Mountain View en Califormnie qui a pour principal thème la recherche sur la réparation des cellules vivantes et le matériel extracellulaire in situ. Il est aussi président et directeur des recherches de la Methuselah Foundation. En 2007, il écrit un livre, “Ending Aging“, avec Michael Rae, qui résume les enjeux scientifiques, politiques et sociaux du projet SENS

Il cite 7 types de vieillissement donc 7 axes d’orientation de recherche pour SENS:

  • La perte cellulaire et cellulaire atrophie – Certaines cellules ne se remplacent pas, ou se remplacent très lentement, trop lentement pour compenser les pertes.  Cette décroissance progressive du nombre de cellules rend le cœur fragile et cause également des maladies comme la maladie de Parkinson et fragilise le système immunitaire. régénérer les cellules qui ne se renouvellent plus grâce à des cellules embryonnaires régulièrement transfusées
    –>  traitement de remplacement des cellules (en général, un traitement avec des cellules souches).
  • Les mutations nucléaires et épigénétiques cancérigènes: mutations au niveau de l’ADN du noyau et des protéines qui le relient
    –> combinaison plutôt compliquée de traitement avec des cellules souches et de traitement avec des gènes (WILT «Whole-body interdiction of Lengthening of Telomeres» ou verrouillage de l’extension des télomères dans tout l’organisme: VETO).
  • Les mutations Mitochondriales – expression allotopique de 13 protéines (stockage de sauvegarde de l’ADN mitochondrial, en cas de dommage une copie peut être trouvée sur le noyau de la cellule, nécessaires pour reproduire les protéines utilisées pour la production d’énergie cellulaire)
    –> introduction dans le noyau des copies modifiées de ces gènes.
  • La sénescence cellulaire ou cellules résistantes à la mort: Ce terme désigne des cellules qui ne se divisent plus, mais qui ne meurent pas pour laisser d’autres cellules les remplacer. Elles pourraient également connaître des dysfonctionnements, par exemple secréter des substances dangereuses. Le diabète de type 2 serait issu de problèmes de sénescence cellulaire.
    –> traitement de gènes suicidaires qui tue les cellules fabricant certaines protéines particulières permettant de les identifier comme indésirables.
  • Les connecteurs extracellulaires ou raidissement de structures élastiques: Les cellules sont tenues entre elles par des protéines de liaison. Quand il y a trop de connecteurs entre les cellules d’un tissu, le tissu peut perdre de son élasticité, et serait à l’origine de problèmes comme la presbytie.
    –> raidissement des structures élastiques peut être inversé à l’aide de molécules qui vont briser les liaisons entre protéines adjacentes.
  • Les agrégats Extracellulaires  – Les déchets de protéines peuvent également s’accumuler entre les cellules. La plaque amyloïde observée au niveau du cerveau chez les patients atteints d’Alzheimer pourrait être le résultat d’une accumulation de déchets.
    –> les molécules indigestes entre nos cellules ou déchets extracellulaires nécessitent juste d’être introduites dans les cellules et nous pouvons le faire par une vaccination destinée à stimuler le système immunitaire pour qu’il absorbe ces matériaux.
  • Les agrégats Intracellulaires – Le fonctionnement des cellules implique la fabrication et la consommation de protéines et d’autres molécules qui peuvent devenir inutiles, voire dangereuses. Les molécules qui ne peuvent pas être éliminées deviennent des déchets qui s’accumulent dans les cellules. L’athérosclérose et des maladies neuro-dégénératives comme la maladie d’Alzheimer pourraient provenir de ce phénomène.
    –> traitement génétique ou enzymatique (équiper le lysosome) en introduisant des enzymes provenant de bactéries que l’on trouve dans le sol et chez les mycètes, enzymes capables de dégrader les agrégats

Pour chaque type de dommage, il existe un type de traitement qui peut être appliqué sur chaque tissu sur lequel se produit le dommage, avec seulement relativement peu de différences d’un tissu à l’autre.

Pour en savoir plus sur lui, voici une intervention de 2005:

Il se concentre sur le rajeunissement parce qu’il est plus facile de rajeunir indéfiniment l’organisme que de prévenir le vieillissement. Il compare ainsi le corps humain avec n’importe quelle autre machine. Ainsi, par exemple, pour conserver une voiture en état de marche pendant 100 ans, il est nécessaire de réparer les dommages au fur et à mesure qu’ils se produisent et non pas seulement de ralentir leur accumulation.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …