The Beginner's Guide: un jeu dont le développeur est le héro ?

The Beginner’s Guide a été créé par Davey Wreden, l’auteur du fameux “The Stanley Parable“. C’est une sorte de jeu “extraterrestre”, inclassable, une sorte d’expérience virtuelle sortie courant octobre 2015.


Le trailer ne rend pas toute la dimension du jeu. Voici une petite présentation rapide et en français du jeu:

La vidéo nous annonce: “Il ne s’agit toutefois pas vraiment d’un jeu: C’est plutôt une sorte d’expérience qui utilise le gamedesign de manière remarquable pour nous proposer une narration puissante et bien écrite qui explore des thèmes qui risquent forcément de vous toucher et de vous faire réfléchir d’une manière ou d’une autre”.

Il s’agit d’un jeu où le développeur présente plusieurs petits jeux et explique le gamedesign et le level design, ses propres choix, ce que cela lui apporte… C’est comme une présentation virtuelle de son travail.

Site officiel: www.thebeginnersgui.de – Vous pouvez l’acheter sur Steam pour 9€ (je ne touche pas de com 🙂

Bon, si vous n’avez pas envie d’acheter le jeu, mais que vous souhaitez le découvrir au travers des yeux d’At0mium, voici 1H30 de gameplay avec ses commentaires:

Edit au 24/10/15 : Bon, le jeu s’est fait démolir sur jeuxvideo.com, mais j’ai quand même voulu y jouer. C’est court quand même… très court. Je ne sais pas quoi en dire en vérité… si, gardez vos sous… ça vaut pas 9€… Non, oubliez ça et faites vous votre propre avis. Personnellement, je n’ai pas été transporté par le thème, la réflexion sur la solitude ou sur la perte de créativité… Ce jeu me donne justement la sensation d’un produit brouillon, d’un amoncellement de niveaux râtés, combinés plus ou moins ensemble pour essayer d’en sortir une histoire relativement tordue. Mais en même temps, 1H30 de jeu, ça laisse le temps de réfléchir: j’ai pensé à la création de jeux, à l’attachement que nous avons à voulu reproduire au mieux la réalité, s’éloignant toujours plus de ce qui nous fait vraiment vibrer: la découverte, le jeu… l’imagination. Il n’y a plus rien à imaginer dans un monde qui est totalement décrit. Ces corridors, ces boites, ces prisons pour l’esprit… Et puis tous ces jeux qui se ressemblent, ce même gameplay avec une variation sur un thème… Non, le prochain jeu que je créerai, ça sera aussi un jeu atypique alors je ne vais pas lui jeter la pierre. C’est son expérience vidéo-ludique propre – elle ne m’a pas transporté, quoi que… j’ai eu le temps de réfléchir en traversant tous ces couloirs, en volant au dessus d’un labyrinthe qui tourne… tourne…. tourne… un peu comme les idées dans ma tête. Finalement, c’est peut-être pas si brouillon… Est-ce que je me suis amusé ? Je ne sais pas. Ai-je éprouvé du plaisir ? De la curiosité oui… beaucoup plus que devant le dernier Assassin’s Creed. Finalement, il m’a peut-être un peu parlé ce jeu – à moins que je ne me sois parlé à moi-même… Non, finalement c’était bien – j’en sais rien – je ne vous le conseille pas, car c’est dérangeant. Je vous le conseille si c’est ce que vous recherchez – être touché ? C’est une confession… c’est au niveau des sentiments que cela se passe. C’est réalisé de façon artistique, c’est bizarre, c’est curieux. En tous cas, vous ne perdrez pas votre temps.

Edit au 26/10/15: Bon, je viens de jouer  à “The Stanley Parable” du même auteur… pas transcendé … c’est un monde relativement vide… il n’y a que le narrateur (voir une narratrice à la fin) qui rend le monde plus vivant. Certes, il y a des passages rigolo. Mais je l’ai terminé en moins d’une heure et ça m’a laissé quand même sur ma fin…

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …