Le projet de cybersécurité sur lequel je travaille depuis plusieurs mois

Bonjour à tous. J’ai diffusé il y a peu, sur la chaîne YouTube du blog, une vidéo extraite d’une émission diffusée en avril dernier sur la RTS (1ère chaîne nationale Suisse) consacrée à la cybersécurité.
Mon collègue et ami de longue date, Greg Roy, à l’origine du projet, et Phoenix, le studio lyonnais qui produit la partie tech du projet, viennent de me confirmer que je pouvais vous en toucher quelques mots.


Je reprends ici L’extrait diffusé sur la RTS :

Nous avons travaillé sur un moteur scénarique et un déploiement via le Cloud Computing qui permet de propulser des scénarios de Serious Game (mais pas que) qui peuvent traiter de sujets comme la cybersécurité (iso 27001), le recrutement, la vente, la gestion de projet et même le harcèlement. Tout le contenu est jouable/utilisable quand vous voulez où vous voulez et sur n’importe quel type de machine, du téléphone à l’ordinateur de bureau, en passant par tout type d’objet connecté disposant d’un navigateur web moderne. On parlerait d’une technologie révolutionnaire en terme “marketing”, mais je ne suis pas un marketeux 🙂 Même si je peux vous lister les qualités de cette techno face à du “traditionnel” html5/WebGL : temps d’accès beaucoup plus rapide, pas de mobilisation du GPU de vos hardwares, recompilations automatisées, et d’autres qui feront l’objet d’un billet plus détaillé sur ce blog.

Je n’aime pas trop les étiquettes données aux serious games, et justement on s’éloigne de cette image poussiéreuse en y injectant toutes les caractéristiques d’un jeu d’aventures, voir d’un RPG par certaines mécaniques de jeu (inventaire, quêtes annexes, arbre de compétences).

Et la direction artistique et la réalisation n’est pas en reste.  Construit à partir d’Unreal Engine 4, cela permet d’avoir des images qualité proches des standards des AAA du jeu vidéo y compris avec du Raytracing, et sans même besoin de disposer d’une carte RTX puisque c’est le “cloud computing” qui génère les images. Le tout tourne à 60 FPS en Full HD sur n’importe quelle machine (à la seule condition d’avoir une connexion internet correcte).
Ce sont des artistes excellents comme Papayou (Syberia 3) et Elodie Poroli ont œuvré pour créer de nombreux personnages différents, avec un mariage parfaitement réussi entre l’hyper-réalisme du décor et l’illustration façon manga des personnages, comme vous pouvez le voir vous-même sur ces copies d’écrans. Les dialogues, mêlant humour, pédagogie et parfois, manipulation psychologique utilisés par le social engineering ou par un patron un peu pressant, nous accompagnent dans l’action tout au long de l’aventure.
Enfin le système enregistre vos choix et actions instantanément afin de s’adapter à votre niveau en temps réel puis enregistre votre progression sur les différents thèmes abordés tout au long de votre parcours pédagogique ET ludique.
Ma participation à ce projet remonte à il y a quelques années, alors que nous étions sur une mission commune avec Greg, pour un projet de réalité virtuelle avec combinaison de mocap et gestion multijoueurs réseau, pour une autre société Suisse. À croire qu’il n’y a qu’en Suisse que les investisseurs prennent des risques et savent flairer les opportunités !  Nous avions alors pensé à créer quelque chose autour de la cybersécurité et on aimait tous les deux les jeux de rôles, d’aventures… Et les livres dont vous êtes le héros.
Et quelques mois plus tard, au milieux de nos projets, Greg m’annonce qu’il a créé une maquette qui tourne déjà pas mal, autour de notre idée de départ. Il souhaite que je mette un peu d’ordre dans le code, que je crée des outils “génériques”, que j’ajoute du gameplay, et un peu d’intelligence artificielle, et petite demande, mais non des moindres : que je trouve un moyen de faire tourner ça dans un navigateur… Mais sur des bécanes de bureau !
Bref, après plusieurs mois de recherche et développement, nous avons mis en place un système qui tourne sur de grosses machines serveurs (Merci à Microsoft Azure pour le support)… de très grosses machines… qui coûtent un “pognon de dingue” à faire tourner comme dirait notre cher président français. Oui, mais on peut faire tourner là-dessus plusieurs sessions donc rationalisation économique^^
Je vous en dirai un peu plus, et vous montrerai un scénario au complet,  quand tout cela sera disponible pour le grand public.

Pour l’anecdote, nous avons présenté le projet à la branche Entreprise d’Epic Games à Montréal. Ils semblaient très enthousiastes après avoir assisté à une démonstration, et nous avaient laissé entendre un prix, étant dans les premiers à utiliser leur technologie de streaming via le cloud computing. Et puis depuis, silence radio. J’ai bien envie d’aller frapper aux portes du Saint Patron, Tim Sweeney,  pour savoir s’il a entendu parler de notre projet ou si ça s’est perdu en route. Hey Tim, on aimerait bien se sentir épaulé, au moins symboliquement, quand on évangélise l’Europe ! Bon, soyons patients, c’est une grosse structure, et ils ont déjà fait avancer pas mal de projets, et nous leur sommes reconnaissants pour cet excellent outil qu’ils ont mis entre nos mains.

Voilà, ce serait bien de me laisser un petit mot en commentaires pour me dire ce que vous pensez de ce projet et pour m’encourager à vous parler de ce que je fais. Si vous avez des questions techniques, il est fort probable que je ne puisse pas vous répondre à cause des clauses de confidentialité, mais vous pouvez toujours essayer. Je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …