Minecraft: Tentative d'analyse d'une révolution vidéoludique

J’aimerais profiter d’une nouvelle série de vidéos du magazine Bits consacrée à Minecraft, pour revenir sur ce phénomène.  Tout le monde connait maintenant ce jeu créé à l’origine par un homme seul, Notch, alias Markus Persson.

En tant que créateur de jeu vidéo, il est important de pouvoir répondre à cette question: Alors qu’il y avait tant de jeu type survival, pourquoi ce jeu, aux graphismes à première vue « tous pourris », au look retro/old school, a t-il fait un tel tabac ? Mieux encore, ce jeu était acheté avant même d’être ce qu’il est aujourd’hui puisqu’il se vendait déjà en version alpha ! Pour ma part, c’est à ce moment là que j’ai commencé à y jouer. Je savais que ce jeu était révolutionnaire, mais je n’aurais jamais imaginé qu’il prenne une telle ampleur. Les réseaux sociaux, youtube, et la passion des joueurs ayant envie de communiquer leurs créations ou leurs parties tout simplement, a permis à ce jeu indé, créé par un obscur suédois inconnu du grand public, de devenir le phénomène qu’il est « encore » aujourd’hui. Pour rappel, en juin 2015, le jeu s’était vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. Mojang, le studio de Notch, a été racheté par Microsoft pour 2 MILLIARDS d’euros.

Plusieurs tentatives de réponses par le mag Bits:

Dans celui-ci, Frédérick Raynal nous présente ce succès sous l’angle du survival, ce qui n’explique rien ou presque à mon avis. Par contre, Philippe Morel (Architecte chez EZCT), commence à déblayer le terrain de ce qui est, à mon avis le point essentiel de ce succès. Il détaille d’avantage dans la vidéo suivante:

Je pense que Minecraft a été le premier jeu a redonner un pouvoir au joueur, ce même pouvoir qui était celui des architectes des jeux vidéo: le pouvoir de création. Dès que l’on s’attaque à la création d’un jeu 3D, on rencontre un premier mur, très difficile à surmonter. Créer un jeu 3D est bien plus compliqué que de créer un jeu 2D, même si des outils comme UE4 et Unity simplifient bien la tâche. Sous Minecraft, tout se construit à l’aide de blocs.

3152690882_1_2_NDRfpmkV

Et l’interface principale est un personnage. De fait, on passe rapidement de joueur à constructeur, à architecte d’un monde qu’on a envie de partager avec le monde. Ce que Minecraft autorise simplement.

1430602757-minecraft

Après, j’aime bien cette réflexion sur le fait qu’avant les gens construisaient leur maison. Si vous reprenez des exemples proches, comme celui de la petite maison dans la prairie, vous verrez encore comme deux jeunes mariés sont aidés par les gens du village est en quelques jours, ils fabriquent une maison de façon communautaire. Philippe Morel s’inquiète que l’on soit obligé de passer par là désormais, un peu comme une fatalité. Pourtant, il y a de nombreux chantiers de construction participatifs dans lesquels les gens construisent des maisons en paille par exemple. Ce n’est pas l’envie qui manque, ni le savoir-faire, mais plutôt la règlementation qui tue toutes ces initiatives. Pour ma part, j’ai construit ma maison (ossature Bois, isolation paille & Terre) de mes propres mains, du trou pour faire les fondations, à la charpente, aux fermes qui supportent le toit, etc. Bon, ça m’a pris plusieurs années et ce n’est pas aussi facile que dans Minecraft, mais peut-être ce jeu m’a t-il plus influencé que je ne l’aurais cru (les blocs en paille) ! 😉

minecraft-1106252_960_720

Dans l’un de mes livres, j’ai montré comment, très simplement, on pouvait commencer à créer un univers type Minecraft, à l’aide de blocs et en générant aléatoirement un paysage. Un article ici aussi pour refaire cela sous Unreal Engine 4.

On en a parlé rapidement, le coté communautaire, le fait de bâtir des choses ensemble est important également:

Mais plus que bâtir, c’est vivre des aventures à plusieurs dans un monde qu’on a créé à plusieurs !

mulitjoueur

Enfin, un autre point important pour moi: les graphismes. Plutôt que nuire au phénomène, le coté bloc avec des textures « 8 bits » a été un accélérateur. D’une part, parce que cela arrivait juste au moment où la mode retro/old school était à son apogée. Nostalgie, contraste avec l’ultra-réalisme des autres jeux, etc. Il y a plusieurs raisons à cela. Mais sous Minecraft, ce coté simplifié permet à l’imagination de « compléter les trous« . Notre esprit garde ainsi son pouvoir de création, son imaginaire vient à la rescousse de ce manque de réalisme des mondes créés sous Minecraft. C’est assez bien illustré dans cette vidéo:

Voilà, il n’y a probablement pas une raison, mais une combinaison de plusieurs raisons qui ont fait que le gâteau a bien pris.  Pour ma part, si je devais les classer je dirais:

  1. Le pouvoir de création dans un monde 3D, le coté « Bâtisseur/architecte » – avec notamment le crafting très élaboré de Minecraft – et surtout cela a été le 1er à le faire !
  2. L’aspect communautaire: créer à plusieurs, montrer ses créations et jouer avec les autres dans son propre univers
  3. Les graphismes old-school laissant l’imaginaire combler les trous
  4. conjoncturel: l’avènement de youtube et l’arrivée des chaines dédiées au gaming, la force des réseaux sociaux
  5. Le coté survival & tamagotchi : créer son monde, ne pas vouloir le laisser dépérir… c’est la touche addictive

Il y a eu d’autres jeux vraiment sympas comme Dwarf Fortress, mais il leur manquait un des aspects de Minecraft pour en faire des succès mondiaux.

Voilà, si vous pensez qu’un autre aspect a été prédominant dans le phénomène Minecraft, je vous attends dans les commentaires.

Au fait, je vous parle de Minecraft, mais y-avez vous joué déjà ? Non, regardez cette vidéo alors:

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …

Téléchargez gratuitement ce numéro !

Une bonne occasion de découvrir notre magazine en le téléchargeant, sans engagement et sans avoir à créer de compte !

You have Successfully Subscribed!