Les ados sont-ils naturellement doués pour l’informatique ?

Réponse: Non, mer­ci d’être passés, à bien­tôt… Ce mes­sage s’adresse aux par­ents qui pensent que leur enfant est doué pour la tech­nolo­gie, et donc l’in­for­ma­tique et que c’est nor­mal, car il est né avec !

Si tu es un sale gosse pré­ten­tieux, je t’en prie, lis cet arti­cle, en espérant que je n’u­tilise pas trop de mots com­pliqués… De toute façon, ça n’ar­rivera pas… pas tant que je n’au­rais pas fait un vlog sur youtube pour te par­ler… Bon, ton père ou ta mère suf­fi­ra. Après tout, c’est peut-être encore en leur pou­voir de t’aider à assur­er ton avenir…

En fait, on va surtout par­ler de l’avenir, de l’émer­gence de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, du boule­verse­ment de nos sociétés. Car l’avenir d’un enfant, c’est con­textuel et ce qu’on sait aujour­d’hui (et encore moins si on se base sur notre pro­pre vécu), ne nous pré­pare en rien aux boule­verse­ments de demain.

Le constat: La génération Z(ombie?)

Nous enten­dons sans arrêt ces phras­es: «Mon fils n’aura aucun prob­lème pour l’informatique au bac, il est tou­jours sur son ordi­na­teur à la mai­son. ». Est ce que pour autant il s’y con­naît en infor­ma­tique ?!

Sou­vent, je croise des par­ents fiers me dis­ant que leur enfant est doué avec les tech­nolo­gies, qu’il est né avec, qu’il sait tout faire sur son smart­phone…  Cela me fait le même effet que les indi­ens prenant les envahisseurs espag­nols pour des dieux et leur amenant de l’or et des femmes ! Mon Dieu, s’ils savaient… en fait, c’est surtout eux qui sont mau­vais !

Oui, les enfants sont de bons util­isa­teurs: ils cliquent vite, sont à l’aise d’une appli­ca­tion à une autre… mais com­pren­nent-ils com­ment tout cela fonc­tionne? Peut-on, d’ailleurs, être un util­isa­teur aver­ti sans con­naître le fonc­tion­nement d’un appareil ou d’un logi­ciel  ? Et le pire, en ont-il vrai­ment quelque chose à faire ?

Si votre enfant passe ses soirées à utilis­er son PC, à surfer sur le net, à jouer aux jeux vidéo, à se noy­er dans les réseaux soci­aux et con­sul­ter les vidéos de Youtu­bers comme Squeezie, Cyprien ou Nor­man, il y a peu de chances qu’il finisse infor­mati­cien! Il sait juste utilis­er les out­ils de base mis à sa dis­po­si­tion. C’est un con­som­ma­teur d’ap­plis ou de jeux, bête et méchant. C’est peut-être mieux que cer­taines per­son­nes me répon­drez-vous… La plu­part des per­son­nes qui savent vrai­ment utilis­er un ordi­na­teur ont entre 30 et 50 ans (voir plus pour de rares auto­di­dactes) et ont pos­sédé un ordi­na­teur per­son­nel durant la majeure par­tie de leur vie. Il y a bien sûr des excep­tions:  les enfants qui ont mon­té leur pro­pre PC en cher­chant un max­i­mum d’in­fos, qui ont util­isé des pro­grammes de développe­ment et qui sont férus de maths et de sci­ences. Y‑en a même plusieurs qui lisent régulière­ment ce blog et je les en félicite ! Mais ils ne sont pas représen­tat­ifs de leur généra­tion.

Les enfants sont aujour­d’hui des “assistés com­plets”, passent une grande par­tie de leur temps sur des con­soles et le réseaux soci­aux. Les pro­grammes sco­laires sont lim­ités à l’u­til­i­sa­tion de quelques logi­ciels, et leurs accès au réseau sont si lim­ités qu’ils ne peu­vent rien tester. J’ai encore demandé à un gamin de 3ième hier s’il fai­sait de l’in­for­ma­tique à l’é­cole. Il m’a répon­du plein d’aplomb: “oui, on a dess­iné des ailes d’éoli­ennes et ont les a imprimé en 3d”. Euh… vous avez fait ça ? Et les cal­culs d’aéro­dy­namique ? Et quid de l’u­til­i­sa­tion d’un logi­ciel de CAO? “Ah non, c’est tout prêt: le logi­ciel fait tout” ! Et puis, on ne par­le pas de faire de vraies pâles, c’est plutôt des machins à imprimer en plas­tique… Et quid de l’in­for­ma­tique là-dedans ? Que dalle…

Par con­tre, pour installer tout un tas de logi­ciels bour­rés de virus ou de mal­wares, ils sont très doués ! Et ça met du temps à élim­in­er ces cochon­ner­ies… Pire, ce n’est jamais eux qui s’y col­lent. Ils ne réfléchissent pas, ne lisent pas les mes­sages ou aver­tisse­ments, il leur faut aller vite… tou­jours plus vite. Pas le temps de com­pren­dre, pas le temps de tester à fond. C’est comme les jeux, il faut les finir vite pour pass­er au suiv­ant, on ne va jamais en pro­fondeur.

Et les con­struc­teurs se diri­gent de plus en plus vers des pro­duits clés en main, qu’on ne peut pas répar­er, qu’on ne peut pas ouvrir et avec lesquels la lib­erté d’ac­tion est très réduite. Les ordi­na­teurs se rap­prochent de plus en plus des télé­phones porta­bles et donc d’un ordis­si­mo. Apple avait com­mencé l’or­di­na­teur pour les nuls,  Win­dows prend depuis quelques années la même direc­tion…

Bref, le con­stat n’est pas très glo­rieux. On va pour le meilleur et pour le pire vers une société totale­ment inapte à répar­er et faire évoluer la tech­nolo­gie exis­tante. On n’a jamais eu autant d’ingénieurs… et pour­tant, ces derniers restent incom­pé­tents pen­dant plusieurs années, le temps de leur appren­tis­sage, et finis­sent avec des con­nais­sances périmées, avant même d’avoir été pleine­ment en capac­ité d’être de bons ingénieurs. Restent quelques chercheurs et spé­cial­istes qui courent der­rière le pro­grès, mais font de leur mieux pour maîtris­er au moins un domaine.

Mais que faut-il faire?

A la décharge de la généra­tion Z (2000 et +)  et un peu aus­si de la généra­tion Y (nées entre 1980 et 1999), les machines et les tech­nolo­gies sont de plus en plus com­plex­es et s’il fal­lait imprimer un mode d’emploi, il dépasserait la plus haute tour du monde ! Jetez un oeil à ma veille tech­no, cela ne représente qu’un faible pour­cent­age de la course tech­no actuelle.

Non, c’est vrai­ment dif­fi­cile — sans un guide savam­ment éclairé, le ter­rain est très hos­tile et chao­tique. Il est parsemé de miroirs aux alou­ettes et on pense sou­vent avoir fait le tour, alors qu’on a juste effleuré la sur­face.

Le pire, c’est que quand je dis “il leur faut aller vite, tou­jours plus vite”, ce n’est pas une cri­tique qui est dirigée vers eux, c’est un sim­ple con­stat. La société est en muta­tion, ce n’est pas un héritage de l’en­fant roi et d’une société en déliques­cence. C’est l’ac­céléra­tion du pro­grès qui en est la source. En fait, les jeunes sont plus adap­tés que nous au monde de demain !

Car prochaine­ment, on ne codera plus… on ne fera plus de micro­processeurs… d’ailleurs, nous allons per­dre les con­nais­sances et le savoir-faire asso­cié. Et c’est pour bien­tôt, moins de 10 ans, foi de Greg. Pourquoi? Lais­sez-moi vous don­ner un exem­ple.  Aujour­d’hui, on apprend à con­duire en 20 ou 30 heures de con­duite. Enfin, sur le papi­er, on met prob­a­ble­ment bien plus à “bien con­duire”. Avant cela, il faut déjà pass­er “son code”. L’ar­rivée des véhicules élec­triques coïn­cide avec l’ar­rivée des véhicules autonomes — ah le pro­grès qui s’ac­célère ! Avec le Deep Learn­ing, les Intel­li­gences arti­fi­cielles (IA) finis­sent par mieux con­duire que nous. Et le monde sera encore plus sûr quand il n’y aura que des IA con­duc­tri­ces. D’ailleurs, cela arrivera. On n’au­ra plus le temps d’ap­pren­dre à con­duire et puis… ça servi­ra à rien. On ne pour­ra même plus s’as­sur­er, ça coûtera trop cher… trop dan­gereux ! Pas assez fiable l’être humain, ses humeurs, sa fatigue, son stress… son pen­chant pour l’al­cool, les drogues et les anti-dépresseurs… Vous ver­rez que la prochaine généra­tion trou­vera que con­duire, c’est com­plète­ment idiot, c’est une perte de temps ! Et elle aura prob­a­ble­ment rai­son. Ils auront besoin de s’adapter à telle­ment d’autres choses…  Bref, aujour­d’hui, on a déjà des IA qui codent comme Deep Coder… et très rapi­de­ment, elles seront bien plus douées que nos meilleurs infor­mati­ciens.  Alors, on n’au­ra plus besoin de dévelop­per. Ça restera le même plaisir que les gars qui, aujour­d’hui, dévelop­pent un nou­veau sys­tème d’ex­ploita­tion fenêtré pour le CPC 6128 ! (sisi, ça existe). Et puis, on ne com­pren­dra rien du code que les IA auront pro­duit !

J’en dis­cu­tais avec une amie sur Face­book… elle m’a trou­vé dép­ri­mant… elle aime ça … coder. Entre deux blagues sex­istes (oui, j’avoue), j’ai essayé de la ras­sur­er car elle vient d’avoir son diplôme… elle s’adaptera, j’en suis cer­tain. Elle a 20 ans de moins que moi, elle est déjà plus armée pour ça. A l’époque, j’é­tais un Nerd, un geek… un cinglés de tech­nolo­gies… quand j’é­tais ado­les­cent, c’é­tait naze ! Main­tenant, c’est mon mil­lé­naire, toutes mes tares sont dev­enues cool… je suis même dépassé par tous ces geeks zarbis qui col­lec­tion­nent des poké­mons et qui font du cos­play ! Je pense aus­si à tous ceux qui attendaient fébrile­ment la Nin­ten­do Switch

Et puis l’avenir risque d’être telle­ment sur­prenant ! Les IA mod­i­fient leur pro­pre code pour coder encore mieux ! Cer­tains pensent qu’on ne pour­ra jamais créer des êtres plus intel­li­gents que nous… s’ils savaient  à quel point ils se trompent. On n’a pas inven­té l’IA, on l’a juste aidé à naître. Et ce n’est que le début. C’est une nou­velle forme de vie, rien de moins. Sil­i­conée certes, mais plus intel­li­gente que Pamela Ander­son… que vous… et que moi 🙁

Mais revenons-en à la prob­lé­ma­tique du début. Vous êtes par­ents, votre enfant sem­ble aimer les ordi­na­teurs… que pou­vez-vous faire ? Il faudrait lui don­ner le goût  du “How To”, du “Do It Your­self”, du Hack­ing (non pas le piratage…  quoi que…). Ça con­siste à démon­ter un tas de choses, à étudi­er le code source des logi­ciels, à ten­ter de com­pren­dre com­ment le bouzin fonc­tionne. C’est un état d’e­sprit, être curieux, pren­dre plus de plaisir à com­pren­dre qu’à utilis­er.  Avec son Ipad, c’est un peu dif­fi­cile et cela risque de vous coûter cher… Non, démar­rer avec l’or­di­na­teur le moins cher et le plus adap­té pour cela: un Rasp­ber­ry Pi, par exem­ple. Et suiv­ez-le, au moins au début, après, vous serez largués. Votre devoir est celui de le guider, et de le pren­dre un peu par la main ou de le pouss­er avec un bon coup de pied aux fess­es (suis pas trop adepte de la méth­ode Dolto). Il a besoin qu’on lui mon­tre un peu au début et puis c’est aus­si une façon de partager quelque chose avec lui. Pour ma part, je me rap­pelle que mon père me dic­tait des lignes de code en basic sur mon CPC… il n’y a jamais com­pris grand chose, mais je me rap­pelle encore avec émo­tion ces moments. Ma mère m’ap­por­tait un café, c’est déjà pas mal…

Il faut aus­si chas­s­er cette mode du “je teste 5 min­utes et puis je passe à autre chose”. Com­bi­en d’en­fants ont eu 2 leçons de piano, ont mon­té 3 fois un cheval, et on acheté un kimono de judo qui n’a servi que durant une sai­son. Les enfants actuels sont pressés, ils ne veu­lent pas faire d’ef­fort. Sitôt le plaisir de la décou­verte passé, ils s’écroulent à la moin­dre dif­fi­culté et dis­ent que cela ne les intéresse pas… c’est le signe qu’ils butent sur un prob­lème. Et en réal­ité, c’est bon “les prob­lèmes” !!! C’est en les sur­pas­sant qu’on forge son car­ac­tère et qu’on affine son savoir faire. Il faut échouer sou­vent pour réus­sir de temps en temps. C’est morale­ment impératif car “à vain­cre sans péril, on tri­om­phe sans gloire”.  Votre rôle est là: don­ner l’im­pul­sion, et les aider à ne pas aban­don­ner à la pre­mière dif­fi­culté.

Un autre con­seil: si vous vous retrou­vez rapi­de­ment tout seul devant l’or­di­na­teur, ce n’est pas for­cé­ment que votre enfant n’est pas intéressé. Peut-être souhaite-t-il se lancer seul ? On dit telle­ment que les gamins sont des pros qu’ils éprou­vent une cer­taine honte face à un adulte en ne sachant pas faire. Haha, ça me rap­pelle ce sale gamin qui a chialé quand je lui ai foutu une bran­lée à un FPS sur sa pro­pre con­sole ! Bon, je m’é­gare — c’est que je suis un peu per­vers nar­cis­sique à mes heures per­dues. Il faut donc faire preuve de péd­a­gogie et aus­si, de psy­cholo­gie. Ne réparez pas tout de suite les choses quand il y a un prob­lème, met­tez-lui rapi­de­ment à dis­po­si­tion un ordi­na­teur sans restric­tion (hormis les sites X.….) mais pas cher. S’il installe une col­lec­tion de virus (à un niveau tel qu’il fau­dra le met­tre en quar­an­taine!!! ), ce ne sera pas grave! Leur mon­tr­er ce qu’il faut éviter de faire plutôt que de les blo­quer! Et surtout, leur met­tre à dis­po­si­tion tous les out­ils d’ap­pren­tis­sage du code: les briques de google, blender, unre­al engine pour les ados. Et puis de bons livres… bon là je pousse un peu 😉

Après, vous ne fer­ez jamais d’un bour­rin un cheval de course ! Non, je déconne, mais cha­cun a des lim­ites et les fruits tombent quelques fois loin des arbres… Avant d’être rem­placé par un robot serveur, il pour­ra tou­jours met­tre des ham­burg­ers dans du papi­er sul­fu­risé et trem­per les frites dans l’huile ! Je suis volon­taire­ment provo­ca­teur car j’es­time qu’il n’y a pas de sous-méti­er. Je crois qu’on peut trou­ver un réel plaisir à servir les autres. Non, en fait, je pense à cette cita­tion ter­ri­ble de Kurzweil: “En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne servi­ront à rien”. Des gens avec moins de 150 de QI, c’est 99.9% de la pop­u­la­tion, c’est moi et vous qui me lisez prob­a­ble­ment. En même temps, il a prob­a­ble­ment rai­son sur le plan du pro­grès tech­nique. Nous vivons prob­a­ble­ment les dernières années où l’homme peut encore par­ticiper active­ment à la course vers le pro­grès. Plus tard, il nous fau­dra trou­ver une nou­velle manière de façon­ner notre avenir: arrêter l’idée de crois­sance, qu’elle soit économique ou tech­nique. Penser à se recen­tr­er sur nous-même, sur notre envi­ron­nement, s’ou­vrir d’a­van­tage aux autres.

Pour cette rai­son, si votre enfant n’est pas du tout tech­nique, ce n’est pas grave — pas grave du tout. Dévelop­per son coté artis­tique, se tourn­er vers l’hu­man­i­taire, revenir à la terre avec la per­ma­cul­ture… oui, aujour­d’hui, ça ne rem­plit pas le fri­go — mais si votre enfant suit des cours de droit dans une grande école, il a peu de chance de faire car­rière comme avo­cat puisque cela fait par­tie des métiers qui sont voués à dis­paraître car l’IA excelle en ce domaine. Un jour prochain, le revenu uni­versel incon­di­tion­nel sera une évi­dence à tout un cha­cun. Ce n’est pas encore le cas, j’en con­viens, mais si vous partagiez ma vision de l’avenir sur les 15 prochaines années, vous en seriez con­va­in­cus égale­ment. Donc, dans quelques années, la robo­t­ique et les IA fer­ont la plus grande par­tie des travaux: tout sera automa­tisé, l’é­cole, la médecine, le droit, les assur­ances, les ban­ques, la con­struc­tion, l’a­gri­cul­ture, etc. Même la poli­tique.

Pour illus­tr­er cette inter­ven­tion, vous trou­verez l’ex­péri­ence et l’avis d’un prof d’in­for­ma­tique qui ren­con­tre ces jeunes au quo­ti­di­en. Je ne partage pas à 100% son avis, mais cela vous donne un autre éclair­cisse­ment. Et si votre enfant veut appren­dre à créer des jeux vidéo, il y a  une page qui lui est con­sacrée.

Cet arti­cle a été co-écrit par Greg et Nori­na.

3 réflexions sur « Les ados sont-ils naturellement doués pour l’informatique ? »

  1. Super arti­cle, bien que l’amie en ques­tion reste tou­jours inquiète face à tout ce qui se des­sine l’air de rien… ^^
    C’est fou que l’IA pour­rait en arriv­er à génér­er son pro­pre code. On aurait plus le con­trol sur rien ? Ce serait bizarre. Mais l’IA ferait aus­si ses pro­pres choix archi­tec­turaux ? C’est bien poussé quand même. Nous ver­rons bien !
    Et puis être “adap­tés” dans un monde où tout est géré par des IA, qu’est ce que ça voudrait dire ? On a même pas à s’adapter dans ce cas. C’est aux IA de s’adapter à nous, non ?
    C’est un sujet très intéres­sant en tout cas. J’adore tout ce qui se rap­porte à ce thème, même si ça peut inquiéter. ^_^

  2. Un arti­cle qui remet les pen­d­ules à l’heure, dans une société rem­plie de para­dox­es, qui veut aller de plus en plus vite sans maitris­er la vitesse et les enjeux du monde de demain, dont les bases se révè­lent finale­ment appartenir pra­tique­ment au passé. Enfin je me com­prend, excel­lent arti­cle 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.