Les ados sont-ils naturellement doués pour l'informatique ?

Réponse: Non, merci d’être passés, à bientôt… Ce message s’adresse aux parents qui pensent que leur enfant est doué pour la technologie, et donc l’informatique et que c’est normal, car il est né avec !

Si tu es un sale gosse prétentieux, je t’en prie, lis cet article, en espérant que je n’utilise pas trop de mots compliqués… De toute façon, ça n’arrivera pas… pas tant que je n’aurais pas fait un vlog sur youtube pour te parler… Bon, ton père ou ta mère suffira. Après tout, c’est peut-être encore en leur pouvoir de t’aider à assurer ton avenir…

En fait, on va surtout parler de l’avenir, de l’émergence de l’intelligence artificielle, du bouleversement de nos sociétés. Car l’avenir d’un enfant, c’est contextuel et ce qu’on sait aujourd’hui (et encore moins si on se base sur notre propre vécu), ne nous prépare en rien aux bouleversements de demain.

Le constat: La génération Z(ombie?)

Nous entendons sans arrêt ces phrases: «Mon fils n’aura aucun problème pour l’informatique au bac, il est toujours sur son ordinateur à la maison. ». Est ce que pour autant il s’y connaît en informatique ?!

Souvent, je croise des parents fiers me disant que leur enfant est doué avec les technologies, qu’il est né avec, qu’il sait tout faire sur son smartphone…  Cela me fait le même effet que les indiens prenant les envahisseurs espagnols pour des dieux et leur amenant de l’or et des femmes ! Mon Dieu, s’ils savaient… en fait, c’est surtout eux qui sont mauvais !

Oui, les enfants sont de bons utilisateurs: ils cliquent vite, sont à l’aise d’une application à une autre… mais comprennent-ils comment tout cela fonctionne? Peut-on, d’ailleurs, être un utilisateur averti sans connaître le fonctionnement d’un appareil ou d’un logiciel  ? Et le pire, en ont-il vraiment quelque chose à faire ?

Si votre enfant passe ses soirées à utiliser son PC, à surfer sur le net, à jouer aux jeux vidéo, à se noyer dans les réseaux sociaux et consulter les vidéos de Youtubers comme Squeezie, Cyprien ou Norman, il y a peu de chances qu’il finisse informaticien! Il sait juste utiliser les outils de base mis à sa disposition. C’est un consommateur d’applis ou de jeux, bête et méchant. C’est peut-être mieux que certaines personnes me répondrez-vous… La plupart des personnes qui savent vraiment utiliser un ordinateur ont entre 30 et 50 ans (voir plus pour de rares autodidactes) et ont possédé un ordinateur personnel durant la majeure partie de leur vie. Il y a bien sûr des exceptions:  les enfants qui ont monté leur propre PC en cherchant un maximum d’infos, qui ont utilisé des programmes de développement et qui sont férus de maths et de sciences. Y-en a même plusieurs qui lisent régulièrement ce blog et je les en félicite ! Mais ils ne sont pas représentatifs de leur génération.

Les enfants sont aujourd’hui des “assistés complets“, passent une grande partie de leur temps sur des consoles et le réseaux sociaux. Les programmes scolaires sont limités à l’utilisation de quelques logiciels, et leurs accès au réseau sont si limités qu’ils ne peuvent rien tester. J’ai encore demandé à un gamin de 3ième hier s’il faisait de l’informatique à l’école. Il m’a répondu plein d’aplomb: “oui, on a dessiné des ailes d’éoliennes et ont les a imprimé en 3d“. Euh… vous avez fait ça ? Et les calculs d’aérodynamique ? Et quid de l’utilisation d’un logiciel de CAO? “Ah non, c’est tout prêt: le logiciel fait tout” ! Et puis, on ne parle pas de faire de vraies pâles, c’est plutôt des machins à imprimer en plastique… Et quid de l’informatique là-dedans ? Que dalle…

Par contre, pour installer tout un tas de logiciels bourrés de virus ou de malwares, ils sont très doués ! Et ça met du temps à éliminer ces cochonneries… Pire, ce n’est jamais eux qui s’y collent. Ils ne réfléchissent pas, ne lisent pas les messages ou avertissements, il leur faut aller vite… toujours plus vite. Pas le temps de comprendre, pas le temps de tester à fond. C’est comme les jeux, il faut les finir vite pour passer au suivant, on ne va jamais en profondeur.

Et les constructeurs se dirigent de plus en plus vers des produits clés en main, qu’on ne peut pas réparer, qu’on ne peut pas ouvrir et avec lesquels la liberté d’action est très réduite. Les ordinateurs se rapprochent de plus en plus des téléphones portables et donc d’un ordissimo. Apple avait commencé l’ordinateur pour les nuls,  Windows prend depuis quelques années la même direction…

Bref, le constat n’est pas très glorieux. On va pour le meilleur et pour le pire vers une société totalement inapte à réparer et faire évoluer la technologie existante. On n’a jamais eu autant d’ingénieurs… et pourtant, ces derniers restent incompétents pendant plusieurs années, le temps de leur apprentissage, et finissent avec des connaissances périmées, avant même d’avoir été pleinement en capacité d’être de bons ingénieurs. Restent quelques chercheurs et spécialistes qui courent derrière le progrès, mais font de leur mieux pour maîtriser au moins un domaine.

Mais que faut-il faire?

A la décharge de la génération Z (2000 et +)  et un peu aussi de la génération Y (nées entre 1980 et 1999), les machines et les technologies sont de plus en plus complexes et s’il fallait imprimer un mode d’emploi, il dépasserait la plus haute tour du monde ! Jetez un oeil à ma veille techno, cela ne représente qu’un faible pourcentage de la course techno actuelle.

Non, c’est vraiment difficile – sans un guide savamment éclairé, le terrain est très hostile et chaotique. Il est parsemé de miroirs aux alouettes et on pense souvent avoir fait le tour, alors qu’on a juste effleuré la surface.

Le pire, c’est que quand je dis “il leur faut aller vite, toujours plus vite”, ce n’est pas une critique qui est dirigée vers eux, c’est un simple constat. La société est en mutation, ce n’est pas un héritage de l’enfant roi et d’une société en déliquescence. C’est l‘accélération du progrès qui en est la source. En fait, les jeunes sont plus adaptés que nous au monde de demain !

Car prochainement, on ne codera plus… on ne fera plus de microprocesseurs… d’ailleurs, nous allons perdre les connaissances et le savoir-faire associé. Et c’est pour bientôt, moins de 10 ans, foi de Greg. Pourquoi? Laissez-moi vous donner un exemple.  Aujourd’hui, on apprend à conduire en 20 ou 30 heures de conduite. Enfin, sur le papier, on met probablement bien plus à “bien conduire”. Avant cela, il faut déjà passer “son code”. L’arrivée des véhicules électriques coïncide avec l’arrivée des véhicules autonomes – ah le progrès qui s’accélère ! Avec le Deep Learning, les Intelligences artificielles (IA) finissent par mieux conduire que nous. Et le monde sera encore plus sûr quand il n’y aura que des IA conductrices. D’ailleurs, cela arrivera. On n’aura plus le temps d’apprendre à conduire et puis… ça servira à rien. On ne pourra même plus s’assurer, ça coûtera trop cher… trop dangereux ! Pas assez fiable l’être humain, ses humeurs, sa fatigue, son stress… son penchant pour l’alcool, les drogues et les anti-dépresseurs… Vous verrez que la prochaine génération trouvera que conduire, c’est complètement idiot, c’est une perte de temps ! Et elle aura probablement raison. Ils auront besoin de s’adapter à tellement d’autres choses…  Bref, aujourd’hui, on a déjà des IA qui codent comme Deep Coder… et très rapidement, elles seront bien plus douées que nos meilleurs informaticiens.  Alors, on n’aura plus besoin de développer. Ça restera le même plaisir que les gars qui, aujourd’hui, développent un nouveau système d’exploitation fenêtré pour le CPC 6128 ! (sisi, ça existe). Et puis, on ne comprendra rien du code que les IA auront produit !

J’en discutais avec une amie sur Facebook… elle m’a trouvé déprimant… elle aime ça … coder. Entre deux blagues sexistes (oui, j’avoue), j’ai essayé de la rassurer car elle vient d’avoir son diplôme… elle s’adaptera, j’en suis certain. Elle a 20 ans de moins que moi, elle est déjà plus armée pour ça. A l’époque, j’étais un Nerd, un geek… un cinglés de technologies… quand j’étais adolescent, c’était naze ! Maintenant, c’est mon millénaire, toutes mes tares sont devenues cool… je suis même dépassé par tous ces geeks zarbis qui collectionnent des pokémons et qui font du cosplay ! Je pense aussi à tous ceux qui attendaient fébrilement la Nintendo Switch

Et puis l’avenir risque d’être tellement surprenant ! Les IA modifient leur propre code pour coder encore mieux ! Certains pensent qu’on ne pourra jamais créer des êtres plus intelligents que nous… s’ils savaient  à quel point ils se trompent. On n’a pas inventé l’IA, on l’a juste aidé à naître. Et ce n’est que le début. C’est une nouvelle forme de vie, rien de moins. Siliconée certes, mais plus intelligente que Pamela Anderson… que vous… et que moi 🙁

Mais revenons-en à la problématique du début. Vous êtes parents, votre enfant semble aimer les ordinateurs… que pouvez-vous faire ? Il faudrait lui donner le goût  du “How To”, du “Do It Yourself”, du Hacking (non pas le piratage…  quoi que…). Ça consiste à démonter un tas de choses, à étudier le code source des logiciels, à tenter de comprendre comment le bouzin fonctionne. C’est un état d’esprit, être curieux, prendre plus de plaisir à comprendre qu’à utiliser.  Avec son Ipad, c’est un peu difficile et cela risque de vous coûter cher… Non, démarrer avec l’ordinateur le moins cher et le plus adapté pour cela: un Raspberry Pi, par exemple. Et suivez-le, au moins au début, après, vous serez largués. Votre devoir est celui de le guider, et de le prendre un peu par la main ou de le pousser avec un bon coup de pied aux fesses (suis pas trop adepte de la méthode Dolto). Il a besoin qu’on lui montre un peu au début et puis c’est aussi une façon de partager quelque chose avec lui. Pour ma part, je me rappelle que mon père me dictait des lignes de code en basic sur mon CPC… il n’y a jamais compris grand chose, mais je me rappelle encore avec émotion ces moments. Ma mère m’apportait un café, c’est déjà pas mal…

Il faut aussi chasser cette mode du “je teste 5 minutes et puis je passe à autre chose“. Combien d’enfants ont eu 2 leçons de piano, ont monté 3 fois un cheval, et on acheté un kimono de judo qui n’a servi que durant une saison. Les enfants actuels sont pressés, ils ne veulent pas faire d’effort. Sitôt le plaisir de la découverte passé, ils s’écroulent à la moindre difficulté et disent que cela ne les intéresse pas… c’est le signe qu’ils butent sur un problème. Et en réalité, c’est bon “les problèmes” !!! C’est en les surpassant qu’on forge son caractère et qu’on affine son savoir faire. Il faut échouer souvent pour réussir de temps en temps. C’est moralement impératif car “à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire“.  Votre rôle est là: donner l’impulsion, et les aider à ne pas abandonner à la première difficulté.

Un autre conseil: si vous vous retrouvez rapidement tout seul devant l’ordinateur, ce n’est pas forcément que votre enfant n’est pas intéressé. Peut-être souhaite-t-il se lancer seul ? On dit tellement que les gamins sont des pros qu’ils éprouvent une certaine honte face à un adulte en ne sachant pas faire. Haha, ça me rappelle ce sale gamin qui a chialé quand je lui ai foutu une branlée à un FPS sur sa propre console ! Bon, je m’égare – c’est que je suis un peu pervers narcissique à mes heures perdues. Il faut donc faire preuve de pédagogie et aussi, de psychologie. Ne réparez pas tout de suite les choses quand il y a un problème, mettez-lui rapidement à disposition un ordinateur sans restriction (hormis les sites X…..) mais pas cher. S’il installe une collection de virus (à un niveau tel qu’il faudra le mettre en quarantaine!!! ), ce ne sera pas grave! Leur montrer ce qu’il faut éviter de faire plutôt que de les bloquer! Et surtout, leur mettre à disposition tous les outils d’apprentissage du code: les briques de google, blender, unreal engine pour les ados. Et puis de bons livres… bon là je pousse un peu 😉

Après, vous ne ferez jamais d’un bourrin un cheval de course ! Non, je déconne, mais chacun a des limites et les fruits tombent quelques fois loin des arbres… Avant d’être remplacé par un robot serveur, il pourra toujours mettre des hamburgers dans du papier sulfurisé et tremper les frites dans l’huile ! Je suis volontairement provocateur car j’estime qu’il n’y a pas de sous-métier. Je crois qu’on peut trouver un réel plaisir à servir les autres. Non, en fait, je pense à cette citation terrible de Kurzweil: “En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien“. Des gens avec moins de 150 de QI, c’est 99.9% de la population, c’est moi et vous qui me lisez probablement. En même temps, il a probablement raison sur le plan du progrès technique. Nous vivons probablement les dernières années où l’homme peut encore participer activement à la course vers le progrès. Plus tard, il nous faudra trouver une nouvelle manière de façonner notre avenir: arrêter l’idée de croissance, qu’elle soit économique ou technique. Penser à se recentrer sur nous-même, sur notre environnement, s’ouvrir d’avantage aux autres.

Pour cette raison, si votre enfant n’est pas du tout technique, ce n’est pas grave – pas grave du tout. Développer son coté artistique, se tourner vers l’humanitaire, revenir à la terre avec la permaculture… oui, aujourd’hui, ça ne remplit pas le frigo – mais si votre enfant suit des cours de droit dans une grande école, il a peu de chance de faire carrière comme avocat puisque cela fait partie des métiers qui sont voués à disparaître car l’IA excelle en ce domaine. Un jour prochain, le revenu universel inconditionnel sera une évidence à tout un chacun. Ce n’est pas encore le cas, j’en conviens, mais si vous partagiez ma vision de l’avenir sur les 15 prochaines années, vous en seriez convaincus également. Donc, dans quelques années, la robotique et les IA feront la plus grande partie des travaux: tout sera automatisé, l’école, la médecine, le droit, les assurances, les banques, la construction, l’agriculture, etc. Même la politique.

Pour illustrer cette intervention, vous trouverez l’expérience et l’avis d’un prof d’informatique qui rencontre ces jeunes au quotidien. Je ne partage pas à 100% son avis, mais cela vous donne un autre éclaircissement. Et si votre enfant veut apprendre à créer des jeux vidéo, il y a  une page qui lui est consacrée.

Cet article a été co-écrit par Greg et Norina.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser …